BELLOUBET n’a pas le pied « ultramarin »

« Il y a eu 5 évasions en outre-mer où les questions de sécurité ne sont pas prises en compte, avec la même rigueur que nous le faisons en métropole ». Propos de la Garde des Sceaux/BFM-RMC
Une phrase qui en dit long sur la vision archaïque de nos politiques sur la pénitentiaire outre-mer, des propos nauséabonds qui réduisent les problématiques sécuritaires à un problème de rigueur dans les geôles ultramarines.
Oui, pour l’UFAP UNSa Justice, il y a bien un problème de RIGUEUR, un manque de rigueur qui vient des hautes sphères de notre ministère, des têtes pensantes de notre administration qui depuis des décennies ont laissé volontairement le fossé se creuser entre la métropole et les DOM TOM.
Un manque de rigueur manifeste mais surtout une absence de volonté politique sur les difficultés rencontrées par nos collègues ultramarins. Loin des yeux, loin du cœur et ce sont les personnels pénitentiaires qui font les frais des orientations désastreuses prises par les gouvernements successifs.
L’UFAP UNSa Justice se réjouit que les revendications phares de la 1ère organisation syndicale, encore dénoncées récemment, sur les problématiques ultramarines reçoivent un écho favorable de la part des autres organisations représentatives. Il est primordial de mettre en place un véritable plan Marshall pour l’outre-mer avec en priorité :
– La création d’ERIS, d’équipes cynotechniques, d’équipe de sécurité pénitentiaire
– La construction d’UHSA, UHSI, d’EPM
– Une réflexion sur le parc immobilier
– Etc.
Et ce avec toute LA RIGUEUR qui s’impose à celle et ceux qui sont censés être responsable de notre SÉCURITÉ !!!

Paris le 29 août 2018
Les secrétaires généraux

 

30082018 la GDS N a pas le pied ultramarin

Related posts