jeudi 29 octobre , 2020

Boycott du CTAP : BIS REPETITA !

L’UFAP-UNSa Justice n’a pas siégé au Comité Technique de l’Administration Pénitentiaire (CTAP) de ce jour.

En effet, le Mardi 10 février 2015, les 3 organisations syndicales représentatives avaient déjà claqué la porte de cette instance, les services de la DAP ayant inscrit à l’ordre du jour un décret autorisant l’utilisation des téléphones portables pour les détenus placés dans les CSL, CPA, QSL et QPA. Après l’annonce d’un plan sans précédent concernant la sécurisation de l’Institution, au lendemain des actes terroristes commis sur le sol français le 7 janvier 2015, l’UFAP-UNSa Justice a réaffirmé son opposition à cette mesure.

Suite à nos diverses interventions auprès des autorités et des médias, la DAP a été sommée de retirer ce point de l’ordre du jour.

Faisant fi de cette injonction, notre chère directrice s’entêtait avec dédain et aplomb à remettre ce sujet sur la table. Dans un monologue, Madame GORGE prenait la décision de reprogrammer un CTAP ce 25 février, tout en sachant que l’UFAP-UNSa Justice était conviée à Londres pour débattre de questions pénitentiaires au Conseil Syndical Européen au sein duquel l’UNSa est membre de droit.

Ce manque de considération au regard de la représentativité de notre Organisation, renforcée au premier rang lors des élections du 4 décembre dernier, est plus que révélateur.

Cela démontre une fois de plus, que la rue du Renard préfère une politique visant à museler les Personnels, tout en marchant sur leurs acquis, ainsi qu’à les faire trimer en rognant sur le paiement des heures supplémentaires, et cette liste est loin d’être exhaustive…

Par le biais de nos Formateurs et sur le dos des crédits de formations, la DAP n’hésite pas à envisager un plan pour former les codétenus de soutien… Où cela va-t-il s’arrêter ? Sur nos coursives, les Personnels n’ont pas besoin, il est vrai d’encadrants de proximité ?

La DAP prouve s’il en était que sa priorité est le bien-être de leurs pensionnaires ! Où va-t-on ?

Le navire pénitentiaire vogue en eaux troubles et tangue dangereusement. Son capitaine se doit de changer de cap avant que l’institution ne sombre !

Les Personnels Pénitentiaires et leurs représentants sont de nouveau salis par le mépris et les préjugés de la directrice à leurs égards. C’est pourquoi, l’UFAP-UNSa Justice et la CGT ont boycotté cette mascarade de dialogue social, FO indiquant son souhait de siéger.

N’en étant pas à sa première rupture du dialogue social, la DAP peut s’attendre à une année tendue et mouvementée parce que

l’UFAP-UNSa Justice est plus que jamais déterminée à faire avancer et reconnaître inlassablement les VALEURS et les MERITES de l’ensemble des Personnels Pénitentiaires pour une ADMINISTRATION SÛRE, MODERNE et RENOVEE.

Paris le, 25 février 2015
Pour l’UFAP-UNSa Justice 
Les Secrétaires Généraux,

Boycott du CTAP – Bis repetita 

Related posts