Catégorie B (Parité POLICE) Ce qu’il faut savoir…

A l’approche des élections professionnelles, des Organisations Syndicales peu scrupuleuses vont jusqu’à mentir aux agents en diffusant des grilles indiciaires comparatives erronées pour tenter de leur vendre la Catégorie B en parité police.

Encore une fois, l’UFAP UNSa Justice n’est pas contre la Catégorie B par principe !… Mais en Organisation Syndicale responsable, elle s’interdit de « BRADER » l’avenir des personnels sans les garanties nécessaires. Et actuellement elles n’y sont pas !

Malheureusement les marchands de rêves tentent une dernière action avant les élections professionnelles, sans proposition concrète et sans connaître ce qui est dissimulé derrière la face cachée de cette catégorie B. En résumé, c’est pire que le célèbre brouillard Londonien…

Et la parité police ?

Alors que les agents de police dénoncent encore aujourd’hui l’échec de leur réforme signée en 2010 et mise en place en 2015 pour le passage de la C en B, certaines OS Pénitentiaires tentent d’obtenir inlassablement ce que ne veulent plus les collègues de la police. On marche sur la tête !
Mais avec la police nationale, nous pouvons dorénavant nous appuyer sur une base concrète pour comparer les avantages et les inconvénients. Faut-il encore le faire sérieusement !…

Pour vendre leur business et dénigrer l’UFAP UNSa Justice, ces fossoyeurs n’ont pas trouvé mieux que de manipuler les personnels en comparant des grilles indiciaires de la police, primes incluses avec celles des surveillants pénitentiaires sans les primes et surtout, sans les divers avantages financiers que les personnels ont obtenu, notamment en décembre 2015 et janvier 2018.

Bizarrement, les acquis du relevé de conclusions signé par l’UFAP UNSa Justice sont passés aux oubliettes dans le calcul de nos détracteurs. Tiens donc !… Cette pratique s’appelle vulgairement de l’escroquerie !
Concernant le recrutement, au même titre que la pénitentiaire, la police nationale est en difficulté et la « célèbre » Catégorie B n’y change rien !… Si, elle aggrave la situation !… N’en déplaise à ceux qui tentent de faire croire le contraire.

En janvier, L’UFAP UNSa Justice a signé le relevé de conclusions sans contrepartie, à l’inverse des policiers qui ont perdu des acquis lors de leur réforme (perte de la GIPA, HS non payées, etc …). Comment des OS peuvent-elles faire croire aujourd’hui au maintien de nos acquis lors d’un passage en catégorie B !?…

L’UFAP UNSa Justice a donc souhaité faire une comparaison des grilles la plus réaliste possible, primes incluses !…
Cette évaluation concerne les grades de Surveillant à Major positionnés en service posté avec une indemnité de résidence de 0 % et effectuant 15h supplémentaires ce qui repré-sente la moyenne nationale des personnels de détention.

DUREE DES ECHELONS

Suite à la réforme de 2010 pour le passage en Catégorie B, des augmentations de durée d’échelons à 2,5 ans et 3 ans ont été effectuées en nombre chez les Gardiens de la Paix jusqu’au grade de Major. Ce qui rallonge inévitablement leur durée de carrière.

Pour exemple, iI faut :
– 24 ans pour atteindre le 13ème échelon de Surveillant (Cat. C) et 28,5 ans pour le 13ème échelon de Gardien de la Paix (Cat. B), pour un écart indiciaire de 1 point, soit 4,69 € brut !

PRIMES MENSUELLES ou ANNUELLES

Pénitentiaire : Indemnité de Charge Pénitentiaire (ICP)
Pour les Surveillants, Surveillants Brigadiers, en service posté, des primes de 300 € et de 1400 € brut sont versées en juin et décembre.
Pour les 1er Surveillants et Majors, en service posté, ils perçoivent 300 € en juin, et leur ICP de base (1400 €) est majorée et mensualisée.
(Dans les tableaux ci-joint, l’ensemble de ces primes ont été mensualisées pour un calcul réel du salaire).

Police : Allocation de Maîtrise (AM)
Cette prime regroupe les indemnités versées auparavant sous l’appellation de « services continus », soit 219,58 € brut mensuel pour l’ensemble des grades de ce corps.

Pénitentiaire : Prime de surencombrement
Une prime de 100 € est versée aux personnels de surveillance exerçant dans un établissement surencombré à plus de 150 % (non prise en compte dans les tableaux ci-joint).

Pénitentiaire : Prime greffe
Une prime de 300 € est versée aux personnels exerçant dans un greffe (non prise en compte dans les tableaux ci-joint).

NUITS (Calcul sur une moyenne de 4 nuits par mois – Moyenne Nationale)

Pénitentiaire : Prime de nuit à 17 €.
Ou 20 € si elle précède ou suit : un dimanche ou un jour férié (les tableaux ci-joint sont calculés sur une base indemni-taire des nuits à 17 €).

Police : Prime de 0,97cts € / l’heure pour un service de nuit de 21h à 6h (soit 8,73 € la nuit).

DIMANCHES ET JOURS FÉRIÉS (Calcul sur la base de 11h rémunérées lors de 2 dimanches où jours fériés par mois – Moyenne Nationale)

Pénitentiaire : Indemnité de dimanches et jours fériés : 36 € pour 8 heures travaillées + 2,64 € de l’heure au-delà de la 8èmeheure.

Police : Aucune prime de payée.

HEURES SUPPLEMENTAIRES (15h mensuelles – Moyenne Nationale)

Pénitentiaire : Heures supplémentaires payées avec des taux personnalisés pour chaque échelon.

Police : Aucune heure supplémentaire de payée (sauf CRS !). La récupération est la règle.

PRIME DE SUJESTIONS SPECIALES (PSS) Actuellement à 26,5 % dans la pénitentiaire et 27 % dans la police.

28 % pour tous en 2021 (Pénitentiaire et Police ; suite à la signature du relevé de conclusions par l’UFAP-UNSa Justice).

PRIME RTT

Pénitentiaire : Non payée, l’ensemble des congés doit être pris ou placé sur un CET.

Police : 8 jours de RTT rachetés, ayant pour conséquence l’augmentation de l’exigible hebdomadaire.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Exigible

Les personnels pénitentiaires en service posté (Surveillant à Major) sont sur une base de 35h50 par semaine.
Les policiers (Gardien de la Paix à Major) sont sur une base de 40h30 par semaine.

Soit environ 20h par mois de différence sur l’exigible entre un pénitentiaire et un policier. Un Gardien de la Paix doit donc travailler 20H de plus par mois qu’un Surveillant pénitentiaire !

Police : Indemnité spécifique (ICSS) dans trois SGAP uni-quement (Ile de France, Versailles et Corse). Sont montant de 145 € brut mensuel (non prise en compte dans les ta-bleaux ci-joint).

Concours interne

– Les agents de la police nationale sont nommés plusieurs années après la réussite à un concours interne (5 ans en moyenne), à l’inverse de l’administration pénitentiaire où la nomination se fait dès l’arrêté de nomination (ex. le con-cours de 1er Surveillant).

– Un surveillant pénitentiaire peut être 1er Surveillant sans passer par le grade de Brigadier.

– Un gardien de la Paix doit passer par le grade de Brigadier pour être Brigadier-Chef, qui est l’équivalent de 1er Surveillant chez nous.

– Un surveillant pénitentiaire peut passer le concours de 1er Surveillant après 6 ans d’ancienneté (rapporté à 4 ans dans le plan de requalification signé par l’UFAP UNSa Justice).

– Un Gardien de la Paix devra effectuer à minima plus de 10 ans de carrière pour atteindre le grade de Brigadier-Chef.

Pour l’UFAP UNSa Justice, il est plus avantageux de négocier des avancées indemnitaire et statutaire dans le cadre de notre surrindiciarisation, que de faire de la catégorie B un principe de reconnaissance. Les acquis que nous avons obtenu sur ces quinze dernières années nous donnent raison. Regardez les grilles de rémunérations comparatives, elles parlent d’elles-même !

Le 16 Novembre 2018
La Fédération.

grilles AP Police

Parite police – Ce qu’il faut savoir

Related posts