CDC – ASTREINTES DANS L’AP C’EST LA FETE

L’Administration Pénitentiaire institution relevant du Ministère de la justice, se libère de jour en jour de tous droits et devoirs qu’elle doit à ses Personnels qui contribuent de jour comme de nuit au bon fonctionnement des structures que l’on appelle  »Prisons ».

La DAP fait à chaque fois cavalier seul lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre des orientations comme l’aménagement de la réduction du temps de travail (ARTT) ou l’élaboration d’un cadre indemnitaire, pour éviter le débat d’idée avec les organisations syndicales représentatives. Elle applique à sa sauce des textes bien loin de ce que l’on pourrait en attendre, pis, elle ne les respectera pas pour autant plus tard.

En effet, concernant les astreintes, il est stipulé que les agents de tous corps hormis les chefs d’établissements soient soumis à 14 astreintes maximum dans l’année et qu’elles ne doivent pas excéder 7 jours consécutifs. Contrairement à l’A.P, l’UFAP-UNSa Justice demande même à ce que cela s’applique également à l’ensemble des fonctions de Chefs d’établissements et adjoints d’où notre revendication du 3ème voire 4ème  officier dans les petites structures.

En attendant, est-ce que ces textes pondus sont respectés???? Et bien, c’est loin d’être le cas partout….surtout lorsque les vacances d’emplois résistent au temps ou l’absence de volonté à trouver un remède persiste.

Cependant, certains Chefs d’établissement essaient comme ils le peuvent d’équilibrer ces obligations entre plusieurs catégories de personnels, dont eux, afin de respecter ces règles. Quand dans le même temps, d’autres se vautrent complètement sur les textes, divisant les Corps voir même les catégories, les A restent bien tranquille chez eux, les B à l’établissement surtout celles et ceux qui n’ont pas eu d’autre choix que d’être écarté de la Nécessité Absolue de Service, qui donne droit au logement de fonction, ce sont les laissés-pour-compte !…

La crise est bien là, mais pas pour tout le monde. Mesdames et Messieurs les responsables du Millénaire, DI, d’établissements, l’article 10 et les NAS auxquelles vous répondez sont les mêmes que celles de vos officiers sur le terrain. Exigez de vous ce que vous exigez d’eux, vos soi-disant  »collaborateurs ».

Aussi, comment ne pas dénoncer également la présentation voire l’imposition de la charte des temps pour les Personnels du Corps de Commandement d’un établissement qui exige jusqu’à 53h30 de travail hebdomadaire????

Attention, ARTT ne veut pas dire Aménagement des Repos en Temps de Travail  !!!

Comment ne pas dénoncer l’écrêtage des heures effectuées sur le terrain afin de ne pas mettre en lumière le dépassement réel du temps de travail. Les heures de service des officiers sont volées dans un bon nombre d’établissements, sans que les personnels impactés par ces dérives ne puissent obtenir des compensations en temps de repos ou bénéficier d’horaires variables. Pourquoi l’AP ne veut-elle pas la transparence et obliger un cadre de travail clair?? Cette gestion vagabonde, occulte, n’est pas digne, mais bien le contraire du sens qu’on se fait des mots SERIEUX et JUSTICE !

Il est temps que les choses changent, que ces obligations fassent rapidement l’objet de débats autour d’une table afin de remettre de l’ordre et de l’équité. Les Personnels Pénitentiaires soumis à ces obligations d’astreintes ou de présence à l’établissement les samedis et dimanches, méritent plus de considération et ceux qui ne sont pas logés une attention plus que particulière.

A bon entendeur….

                                                                                     L‘UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne.

Paris, le 9 Novembre 2015

Luciano DUCCESCHI

Secrétaire National

151110 – Tract CDC – Astreintes dans l’AP c’est la fête

Related posts