samedi 05 décembre , 2020

CDC – DL – Corps de Commandement CAP du 4 et 5 mars 2015

Madame la présidente,

De par la voix des urnes aux dernières élections professionnelles du 4 Décembre 2014, les Personnels du Corps de Commandement ont à nouveau manifesté et de manière importante leur confiance à l’UFAP-UNSa Justice.

Vous êtes encore certainement dans l’interrogative, nous non, et vous expliquons pourquoi. Nos camarades et collègues dans le bourbier quotidien exigent une évolution statutaire et indemnitaire pour notre Corps, réforme demandée par notre seule Organisation il y a 3 ans et pour laquelle nous débuterons les discussions prochainement. Ils veulent également l’application rapide de certaines de nos revendications que vous connaissez déjà telles: l’application de critères donnant un rang de classement individuel relatif à la mobilité pour les postes non profilés à l’instar de ce qui est fait pour le Corps d’Encadrement et d’Application voir même CPIP. Mais aussi, de la reconnaissance et une prise en compte de l’expérience professionnelle par le biais de l’ancienneté concernant les tableaux d’avancement afin de ne pas créer un cimetière de Lieutenant qui déjà est bien dessiné (prés de 20 ans de grade pour de nombreux agents).

Savez vous Madame la présidente, qu’un bon nombre d’officiers n’ont pas été évalués, notés depuis plusieurs années ??? Le manque de sérieux existe bien chez vos Directeurs, mais eux qu’ils fassent mal ou bien leur boulot, ils évoluent de manière systématique. En attendant, des agents sont sanctionnés par les DI qui ne les présente pas sur leur liste de TA régionale.

L’UFAP-UNSa Justice ne cessera de vous alerter sur le manque de considération clairement affiché à l’encontre de nos collègues les plus anciens, cela parce qu’ils ont le bonheur pour certains de trouver un équilibre professionnel et familiale. Nous ne cesserons également de revendiquer pour notre Corps, l’amélioration des conditions de travail synonyme à ce jour, avec l’Article 10, de travailleurs délaissés et bénévoles, larbins de certains chefs d’établissement sans scrupules.

S’agissant de l’ordre du jour qui nous réunit, au-delà des candidatures à examiner lors de cette CAP, sachez, comme il y a trois ans en arrière, que la 1ère Organisation Syndicale n’entend pas voir perdurer la profusion des postes dits « à profil » qui cautionne encore l’avis des Chefs d’établissement ou DI, pour dernier exemple les postes au renseignement en établissement sans consultation des partenaires sociaux. On demande régulièrement aux personnels de s’adapter, et bien qu’eux s’adaptent également aux personnalités et expériences des agents.

Concernant le règlement intérieur de CAP qui doit être voté, l’UFAP-UNSa Justice votera donc contre et demandera  la constitution d’un groupe de travail pour instaurer les aménagements répondant à nos revendications et exigences du terrain, et chacun devra prendre alors ses responsabilités. Ensuite en termes de taux de Pro Pro relatifs aux emplois de Capitaines et de Commandants, dont l’un ne sera pas étudié ce jour pour faute d’absence de transmission des emplois budgétés, l’UFAP-UNSa Justice exige cependant la rehausse pluriannuelle de ces taux.

En effet, pour re-dynamiser  le corps, il n’y a pas d’autres moyens que d’atteindre rapidement un pyramidage cible de 25% de Commandants dont 5% de Fonctionnels contrairement au 9% actuels, 35% de Capitaines pour ensuite atteindre les 40% de lieutenants contrairement au 55% actuels.

Par cette opération, l’AP permettra à nouveau une évolution de carrière plus large et objective qui pourra rendre possible un avancement moyen au grade de Capitaine, à l’instar de ce qui se fait dans l’armée de terre, police en prenant en compte la reconnaissance du parcours et des responsabilités professionnelles.

Pour les dossiers de mobilités profilés, L‘UFAP-UNSa Justice continuera à être des plus vigilantes dans l’étude des candidatures qui seront examinées. Nous affirmons aussi, que nous n’agirons pas en faveur de vos seuls Chefs d’établissement ou DI qui préfèrent faire fonctionner le réseau des amis, mais comme nous vous le précisons en amont, sur dossiers et expérience des agents.

Aussi, l’UFAP-UNSa Justice ne peut rester sans réagir sur un autre point sensible dont vous ne pouvez nier l’existence et la problématique. Pour vous rafraîchir l’esprit, c’est celui du respect des droits de vos officiers. Oui, votre silence et absence de réaction voire de sanction auprès de vos DI dont la palme revient au POTENTAT des FLANDRES qui se refusent d’attribuer un logement de fonction prévus par les textes, montre que la DAP est devenue un vaisseau fantôme, impuissante et aux ordres des DI.

Du fait qu’ils ne respectent pas le cadre, l’UFAP-UNSa Justice vous demande alors que l’enveloppe concernant l’IFO de ces premiers responsables de région qui se gavent sur le dos des petits que nous sommes à coup de milliers d’euros (indemnité de base:11000€ pouvant atteindre 88000 € par tête de pipe), leurs soient réduites au maximum pour permettre l’attribution des baux de logements de fonction.

Pour conclure, l’UFAP-UNSa Justice exige que l’AP assume ses responsabilités et honore ses engagements envers ses Personnels et, surtout, applique la loi sur ce genre de sujet directement impulsée, pour notre institution, par la Garde des Sceaux et Ministre de la Justice.

L’UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne.

Les élus de CAP UFAP-UNSa Justice

Luciano DUCCESCHI

Philippe MONTRE

David KLINGER

Fabian GOLLENTZ

150304 – DL – CAP CDC des 4 et 5 mars 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts