samedi 13 juillet , 2019

CDC – L’UFAP-UNSa Justice à la rencontre de nos Collègues

Fidèle à ses engagements, l’UFAP-UNSa Justice poursuit ses déplacements sur les établissements en Région. Concernant le dernier en date, la MOM, veuillez trouver un compte-rendu concernant les établissements de la Martinique et de la Guadeloupe.

Contrairement à la carte postale que chacun pourrait avoir à l’esprit lorsque ces îles sont mentionnées, les établissements de ces deux départements d’outre-mer manquent cruellement de soutien en terme de moyens pour endiguer la violence tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murs, mais également de moyens économiques pour améliorer quelque peu les avaries sécuritaires qui soulageraient l’ensemble des acteurs.

Dans un premier temps, nous nous sommes rendus sur le CP de Ducos afin de prendre contact avec nos Collègues du terrain, et répondre à certaines de leurs inquiétudes concernant la finalité de l’extension en cours DAC 2 (besoin crucial que l’UFAP-UNSa Justice avait sollicité et en cours de construction), mais aussi celles relevant de dispositifs pour la sécurité de tous et le bien-être des Personnels.

En détail, si ce nouveau bâtiment de 160 places, pensé par nos technocrates parisiens pour accueillir 320 détenus, allait devenir un CD ou une MA, pour l’UFAP-UNSa Justice comme pour les Personnels travaillant au cœur de la détention, il serait préférable que cette nouvelle unité de vie excentrée conçue avec des douches à l’intérieur des cellules soit destinée à des convenances de MA et non à un CD. Ensuite, après avoir pu contempler l’ampleur des projections, des découvertes tant en stupéfiants qu’en d’alcool, de téléphones mobiles que d’armes artisanales (photos jointes), l’administration doit employer les moyens pour éviter dans un premier temps les intrusions d’individus qui pénètrent dans les glacis afin de balancer les marchandises aux pieds des cellules, mais aussi accentuer son partenariat avec les forces de police ou de gendarmerie et des douanes. En attendant, heureusement que nos Collègues de l’Infra sécurité et de la détention sont animés d’une volonté et déterminés à combattre ces ingérences.

Ensuite la délégation de l’UFAP-UNSa Justice a pu obtenir une audience auprès des autorités judiciaires et administratives pour dénoncer les travers récurrents relatifs au fonctionnement de cet établissement, mais également apporter des propositions d’orientations visant à améliorer le quotidien de nos Camarades et Collègues.

Concernant les établissements de la Guadeloupe, le climat est le même voire pire encore. Nos Collègues subissent sans cesse des violences de toutes sortes par nos usagers entre autre à Baie-Mahault. Le spectre des bandes rivales jusqu’au-boutistes rythme le quotidien de l’île et de l’ensemble des acteurs pénitentiaires. Ce fléau use la population civile comme nos Collègues, et les détenus ont bien compris qu’avec l’absence d’un nombre suffisant de cellules disciplinaires, ils peuvent se permettre toutes exactions. Comme à Ducos, cet établissement est alimenté par des projections incessantes, ce qui n’améliore pas la situation.

Concernant la MA de Basse-Terre, un des fleurons de tout ce qui est contraire aux RPE, au mot dignité, mais plutôt synonyme de la honte de la république, cette dernière a bénéficié d’un ravalement de façade, papier cadeau qui cache la m…, artifice pour atténuer la misère visuelle de certains élus ou responsables peut-être. Sauf que, l’intérieur est complètement insalubre voire même dangereux tant par le surencombrement de la PPSMJ (dortoirs), que par certains lieux de passage (linteaux de portes) sont à même de tomber sur n’importe quelle tête. Cet établissement vétuste tenu à bout de bras par l’ensemble des Personnels, et seulement les Personnels, mérite une mobilisation politique afin que cette prison redevienne un établissement pénitentiaire digne de ce nom.

Les Personnels attendent des orientations précises et commencent à douter des élus, même de notre personnalité politique à la tête de notre ministère, originaire des DOM connaissant ces problématiques. Mais que fait-elle ???

En tout cas vus des Antilles, les responsables de la MOM Parisienne sont à mille lieues des problématiques que les acteurs de la MOM ultra-marine, en raison de l’absence d’un véritable programme de rénovation, d’une politique sécuritaire pénitentiaire pour ces sites, et de consultation des professionnels que sont nos Collègues Antillais.

S’agissant de notre rencontre avec les Personnels du Corps de Commandement des différents sites, celle-ci a été cordiale. Nos entretiens ont été remplis d’échanges constructifs. Nous avons répondu aux différentes questions qui nous étaient posées, ainsi qu’aux espoirs légitimes visant en particulier, la progression de carrière qui reste à ce jour limitée (grade de Capitaine), les logements de fonction qui demeurent un élément de pouvoir et de discrimination pour les directions, mais aussi pour l’organisation du travail. L’UFAP-UNSa Justice tient à leur témoigner tout son soutien.

 

L’UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne.

 

Paris le, 19 Septembre 2014
Pour la délégation de l’UFAP-UNSa Justice
Luciano DUCCESCHI, Secrétaire National pour le Corps de Commandement
Cyrille BERQUIER, Secrétaire Régional de la Martinique
Louis-Georges GRIFFIT, Responsable des Officiers Antilles
Michel DULEME, Responsable Officier de Ducos
Patrick DAMAS, Secrétaire Régional de la Guadeloupe
Joëlle GORAM, Responsable Officier de Baie-Mahault

Related posts