mercredi 10 juillet , 2019

CDC:Quand nos politiques jouent bien leur rôle…..

Si nous devions donner aujourd’hui la définition du politique, elle serait identique à celle d’acteur….

Les politiques jouent simplement un rôle, celui de faire croire qu’ils connaissent le sens du mot  »comprendre », celui de faire croire qu’ils maîtrisent les situations de malaise et savent trouver les solutions, celui de faire croire que le fonctionnement de leur ministère ou vision du progrès est des plus contrôlés, crédibles et efficaces… !!!!

En effet, nous parlons d’un rôle et non d’une responsabilité en tant que telle, position que nos acteurs s’emploient à bien faire. Ils n’entendent jamais rien, n’évaluent et ne voient rien. Le scénario du  »tout va bien » ou  »nous allons déclencher une enquête » sont les seules répliques à apprendre pour leur personnage. Malheureusement, ce cliché caricature de plus en plus l’être de nos politiques et la société toute entière s’en forge cette image. Ils ne règlent pas les problèmes, ils les déplacent.

Avec cela, quand le pouvoir politique est dépassé et gouverné par les technocrates, l’inertie ou la chienlit prend sa place. La nature a horreur du vide, le maintien du grand confort de nos hauts fonctionnaires doit vivre.

Comme disait Coluche : Technocrate, c’est une nouvelle race de feignants…. 

Pourtant, un engagement relatif aux moyens sécuritaires a été passé entre l’administration et l’UFAP-UNSa Justice, au travers de la signature du relevé de conclusion de Janvier 2018. Cette résultante étant à notre sens, la seule voie à suivre pour enrayer certaines violences portées quotidiennement envers les personnels.

Politiques….Prouvez maintenant votre sens du respect des actes signés et du devoir que vous vous devez d’avoir auprès des citoyens que nous sommes…

Ce pourquoi, l’administration et sa technocratie doit très rapidement mettre en place les dispositions obtenues (Trappes de menottage, gilets pare lames, moyens de communication et de contrôle).

Les procédures et moyens de contraintes doivent également évoluer pour maîtriser au plus vite les atteintes aux personnels. A ce titre, les déplacements des détenus les plus dangereux et imprévisibles doivent être limités, ainsi, les guerriers, prédateurs voleurs de vies ou encore les kamikazes idéologiques doivent être placés en milieu hautement sécurisé.

L’inertie, cancer de nos responsables, montre encore une fois les limites du n’importe quoi. Que l’on arrête de croire que nos OIPistes administratifs et associations angélistes défenseurs de détenus ont la pensée unique.

Pour l’UFAP-UNSa Justice, la sécurité des personnels ne saurait être brader pour une lettre catégorielle ou l’€uro protection, et exige que le dialogue social soit respecté afin qu’on ne parle plus des Personnels de Surveillance que lors d’événement funeste ou lors d’agression.

L’attractivité de nos métiers passera par la crédibilité de la rigueur sécuritaire, la reconnaissance et considération.

L’ UFAP-UNSa Justice demande aux officiers de se mobiliser et de grossir les rang devant les portes des établissement demain dés 6H00.

                                                                                              Paris, le 06 Mars 2019

                                                                                              Luciano DUCCESCHI

Related posts