jeudi 23 mai , 2019

Ce n’est pas le Pérou!

Et c’est loin de le devenir ! Si l’analogie avec le pays du lama peut faire sourire,c’est bien un énième incident qui s’est déroulé dans nos murs. Ce lundi 06 mai, dans l’après-midi, au quartier d’isolement,un détenu arrivé depuis peu et très défavorablement connu de nos services s’est permis de cracher au visage de notre collègue. Incident qui succède aux nombreux autres incidents qui s’enchaînent depuis quelques semaines.

La liste est longue, il est d’ailleurs bon de faire un petit rappel. Bagarre entre détenus lors d’une récente activité musculation encadrée par 2 contractuels engendrant un règlement de compte le lendemain. Bagarre aux ateliers se poursuivant en affrontements au sport puis aux étages du B. Résultat: un surveillant stagiaireen accident de travail. Ces incidents qu’on pourrait banaliser se déroulent dans un climat de cohabitation difficile entre les différentes communautés hébergées au sein de notre structure. Crachat d’une personne détenue sur notre collègue et ce lundiencore un crachat au QID sur ce même collègue….

LA COUPE EST PLEINE !!!!

Ajouté à cela d’autres problématiques : des personnes détenues arrivées dernièrement par Mesures d’Ordre et de Sécurité, des personnes détenues escorte 3, des personnes détenues accompagnées par les ERIS… Le CD de Saint-Mihiel s’est transformé en véritable poudrière. Et tous ces évènements coïncident avec le départ prochain de certains de nos cadres (N.D.L.R :bon vent à lui, il se reconnaitra).

Bref, il n’aura échappé à personne que l’établissement souffre d’un déficit cruel d’officiers. C’est pourquoi nous demandons de toute urgence que l’administration fasse le nécessaire afin que l’organigramme des officiers soit comblé et que le bon ordre soit enfin restauré.

La DI doit cesser de transférer des personnes détenues au profil inadapté à notre structure(orientée vers la réinsertion, régime porte ouverte, QID avec peu de places…).

Enfin nous exigeons le transfert de ce « cracheur » à l’issue de sa sanction disciplinaire, ainsi qu’un jugement judiciaire exemplaire…

Nous resterons vigilants, Monsieur le Directeur, nous vous demandons de tenir vos engagements : car à ce jour nous n’avons toujours pas reçu le compte rendu du dernier groupe de travail comme vous nous l’aviez promis. Alors un peu de courage !!! A moins que vos belles paroles ne soient que des mensonges?

L’ensemble des personnels que nous représentons se joint à l’épreuve qu’endurent nos 2 collègues. Nous leurs souhaitons un prompt et bon rétablissement ! Mes chers collègues, c’est bien ensemble que nous améliorerons nos conditions de travail, alors ne cédons pas aux clivages car c’est en nous divisant que le « patronat » arrivera à ses fins.                                           

           Le 9 mai 2019,

Le secrétaire local du bureau de St Mihiel

Related posts