dimanche 15 décembre , 2019

On a frôlé LA CATASTROPHE

10/17/19

Cela devait arriver! Notre collègue monitrice de sport a eu la peur de sa vie à cause de la décision de l’administration d’accueillir comme une fleur en gestion ordinaire un touriste pénitentiaire en la personne du détenu B.

En effet bien connu dans la pénitentiaire et des médias, cet ingérable chérit par l’OIP a menacé de prendre en OTAGE notre collègue dans le Gymnase de l’établissement au Quartier Caserne.

Celui-ci est arrivé il y a 5 semaines pour un rapprochement familial avec l’autorisation de téléphoner avec horaire à la carte et des UVF programmés jusqu’à la fin de l’année…Bravo pour cette gestion qui a failli tourner à la catastrophe.

Notre collègue en poste au gymnase s’est faite, durant plus d’une heure trente menacée de prise d’otage par cet individu lui répétant, « c’est toi qui es là, c’est toi qui vas trinquer, si je n’ai pas mon transfert… »

À part ça il faut lui donner sa chance… foutage de gueule! Nous ne sommes pas des cobayes de la DAP.


Depuis des années, notre organisation syndicale revendique la création d’établissements dont les capacités d’hébergement et le profil des personnes incarcérées répondent au bon exercice des missions dévolues aux personnels pénitentiaires. Il serait temps que les pouvoirs publics écoutent nos revendications et tiennent les engagements signés!

Il est temps d’affecter cet énergumène dans une Unité pour détenus violents (UDV).


Le bureau local UFAP apporte tout son soutien à notre collègue traumatisée et lui souhaite un prompt rétablissement.

L’UFAP-Unsa Justice de Saint-Martin de Ré demande le transfert immédiat de ce détenu.

Le bureau local

UFAP-Unsa Justice de Saint-Martin de Ré

Related posts