dimanche 20 septembre , 2020

COMMUNIQUE DE PRESSE – EPM Orvault

CONSTERNATION DANS LES RANGS DES PERSONNELS PÉNITENTIAIRES DE L’EPM ORVAULT

Rappel des faits :

L’été dernier profitant du fait qu’un détenu était au téléphone, un jeune a demandé à faire une lessive . A deux, ils ont maîtrisé une surveillante, lui ont substitué les clés puis ont ouvert la porte de cellule a deux autres détenus. A suivre,  ils ont  molesté la surveillante pendant plus de 45 minutes. Finalement, la surveillante a réussi a déclencher l’alarme afin que des collègues viennent à son secours. Maîtrisés puis placés au quartier disciplinaire, les agresseurs se sont ventés de leurs faits.

Un ans plus tard, les jeunes qui ont prétendu, durant l’enquête, qu’ils jouaient et que la surveillante ne les avait pas compris, ont été jugés : 10 mois dont 6 avec sursis pour l’un des détenus, une relaxe pure et simple pour les deux autres  protagonistes. Concernant le majeur , son procès est reporté.

Consternation des personnels :

En effet, sur cette affaire qui avait mené les agents à un blocage d’établissement, les personnels pénitentiaires se sentent abandonnés par la justice. Avec des peines aussi légères pour des actes aussi graves, c’est un mauvais message qui est passé à cette catégorie de détenus.

Dans cette affaire, on parle quand même d’un personnel pénitentiaire séquestré,  on parle d’agression sur un agent de l’état, on parle de traumatisme moral et physique subis.

Comment la justice peut-elle faire preuve d’autant de laxisme à l’égard d’individus qui n’ont aucun repère, qui se vente de leurs « prouesses » et qui devant cette faiblesse de la sanction ne retiendront aucune leçon de leur inadmissible acte.

Manifestement, la justice abandonne les personnels pénitentiaires ! Pas étonnant dans ces conditions que les agressions sur personnels explosent puisque les agresseurs de surveillants(es) pénitentiaires n’ont plus rien à craindre de la justice. Une question  se pose au sein de notre détention : Jusqu’où ira l’impunité juvénile???

Continuons sur cette voie et les prochains incidents seront nettement plus lourd de conséquence.

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justice

EPM ORVAULT

Related posts