Comparutions Immédiates à 2 Agents = DANGER

Muret, le 30/11/2018

Jeudi 29 novembre en fin de journée, un détenu qui avait été présenté en comparution immédiate au tribunal  correctionnel de Nîmes a littéralement explosé au milieu d’un équipage de 2 agents du PREJ de Nîmes.

Après le prononcé de sa peine le détenu a donné un violent coup de tête dans le mur.

Conduit aux urgences par son escorte ce dernier a tenté avant son retour à l’établissement de fausser compagnie aux 2 agents.

Les collègues l’ont rapidement maîtrisé mais les deux agents ont été blessés dans l’intervention (dont un AT).

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse apporte tout son soutien à nos collègues, salue leur professionnalisme et leur souhaite un prompt rétablissement.

Ce qu’il faut savoir c’est que ce détenu avait été appréhendé quelques jours plus tôt par les forces de l’ordre et avait dû être maitrisé avec usage de la force…et du pistolet taser.

Une circulaire (N° JUST 1723413C du 28 septembre 2017) prévoit que: « les extractions des personnes détenues classées en niveau d’escorte 1 soient par principe accomplies par les équipages de deux personnels armés. »

L’ARPEJ de Toulouse classifie systématiquement les comparutions immédiates en escorte 1 sans que l’établissement ait eu le temps de l’évaluation du niveau d’escorte entre l’incarcération et la comparution immédiate.

Tous les jours, 2 collègues PREJ partent pour une comparution immédiate sans AUCUN ELEMENT RELATIF A LA SÉCURITÉ ET À LA DANGEROSITÉ DE LEUR DÉTENU.

Dernièrement, un équipage a découvert au tribunal que le détenu comparaissait pour violences sur les forces de l’ordre et apologie du terrorisme !

Lorsque le temps de l’évaluation de la dangerosité du détenu ne permet justement pas à l’administration d’évaluer le risque ou le niveau de dangerosité pourquoi laisser partir 2 agents avec un individu potentiellement dangereux ?!

Certaines Directions Interrégionales ont pris sur elles d’appliquer un principe de précaution et de protection des agents (Bordeaux et Strasbourg par exemple), en planifiant systématiquement 3 agents sur les comparutions immédiates, dans l’attente d’un meilleur profilage.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse demande au Directeur Interrégional l’application de ce principe de précaution en effectuant systématiquement les comparutions immédiates à 3 agents

 

Laurens Maffre – Stéphane Eynard

Related posts