mardi 09 juillet , 2019

Compte Rendu CHSCTS 3 juillet 2019 – CP Valence

Ce jour avait lieu le Comité d’Hygiène et Sécurité Conditions de Travail Spécial du CP Valence.

Le Directeur a débuté ce Comité par l’analyse des registres Santé et Sécurité au Travail et Dangers Graves et Imminents. Les membres élus ont eu droit à un billet d’humeur de la part du Chef d’Établissement nous expliquant qu’un personnel a eu l’audace de se plaindre sur la qualité de son management au quotidien par la DRH.

Il nous explique ensuite qu’il a pris en entretien cet agent pour lui sommer de stopper de tels écrits sur ce registre et que pour lui de s’en prendre à cette chef de service est inacceptable.

Que dirait-il s’il savait que l’UFAP UNSa Justice, hier encore, par le biais de ses représentants régionaux, a expressément indiqué au Directeur Interrégional et à la Secrétaire Générale de la DISP, que le management de cette direction étaient inacceptables et que nous ne resterions pas les deux pieds dans le même sabot si les choses perduraient en l’état ?

Le directeur, dans le même ordre d’idée, devrait convoquer le secrétaire régional de l’UFAP Unsa Justice pour le sommer de stopper de procéder de la sorte. En aura-t-il le courage ?

Au lieu de pointer ceux qui dénoncent, il ferait mieux de faire une enquête, de relever ce qui est constaté, et de remédier à cette situation qui apparaît évidente à une très grande majorité de personnels du CP pour lesquels notre organisation possède certains documents qui ne souffrent d’aucune ambiguïté…

L’UFAP UNSa Justice de Valence rappelle que la responsabilité du chef de service est de s’assurer de la santé physique et mentale de ses employés. Pour notre organisation, le compte n’y est pas, alors attention…

Également sur ce registre, une mention est portée sur le refus d’intervention d’un cadre de l’USN1 pour un personnel pénitentiaire concernant une douleur dans la poitrine et bras gauche. L’UFAP UNSa Justice s’insurge de telles pratiques et en appelle à la conscience de certains, ont-ils oublié qu’ils ont prêté serment ?

L’Administration nous fait un retour sur le Plan d’Action des  Risques  Psycho-Sociaux. L’UFAP  UNSa Justice rebondit une fois encore sur ce sujet et indique au Comité les déficiences qui sont constatées quasi quotidiennement en terme de management. Nous aurions pu croire à une époque que ce management est maladroit, mais force est de constater qu’il est bien souvent malveillant portant certains personnels à un mal-être au travail.

La Direction indique qu’elle n’a rien à se reprocher et que tout va bien au CP Valence. Si elle pense ceci objectivement et qu’elle continue dans cette direction, nous lui montrerons certainement rapidement qu’elle fait fausse route, en lien avec ce que nous indiquions ci-dessus.

Suite au groupe de travail sur les RPS, une préconisation a été émise pour informer les agents des suites de leurs CRI via un imprimé type en cas de poursuite.

Questions diverses UFAP :

  • L’UFAP UNSa Justice a indiqué au CHSCTS l’existence d’un mal-être professionnel au sein des ELSP.
  • Quid du Médecin de Prévention ? Quand sera t’il remplacé ? L’Administration nous indique qu’il ne sera pas remplacé et qu’il faudra dorénavant se rendre à Lyon rencontrer le médecin coordinateur.
  • L’UFAP UNSa Justice a demandé l’installation de bornes électriques car certains personnels sont équipés de véhicules électriques. Le Directeur n’est pas opposé à cette demande et va tenter de conjuguer cette installation avec la création de la SAS.
  • L’UFAP UNSa Justice revient une nouvelle fois sur la sécurisation du bâtiment des personnels. Le Directeur indique que, tout comme les bornes électriques, ces travaux se feront à l’occasion de la création de la SAS.

Pour l’UFAP UNSa Justice Valence S.ROYERE – C. DECROUEZ – C. ANDRIEUX – M. FABRE

A Valence, le 3 juillet 2019

Related posts