Compte Rendu de CAP Du 13 sept 2018 Corps de Commandement

Ce jeudi 13 septembre 2018, se tenait la dernière CAP du Corps de Commandement de l’année et de la mandature en cours avant les prochaines élections de décembre, et cela n’a pas échappé à certains.

Ce fut donc l’occasion, pour les uns de « remercier l’A.P » pour le travail fourni tandis que les autres réclamaient enfin un rang de classement pour les postes non profilés (tiens bon !!??). Mieux vaut tard que jamais nous direz-vous, mais pourquoi maintenant ??? Le calendrier questionne !!!
Pour l’UFAP-UNSa Justice, les échéances à venir ne sont qu’un moyen supplémentaire d’entendre et d’appliquer votre volonté pour développer et mettre en place votre vision des métiers pénitentiaires. Vision cohérente et pertinente qui place les personnels de surveillance dans toutes les catégories C, B et enfin A.
Pourquoi les autres statuts (PA et PT) seraient composés de la sorte et non la nôtre ?

Oui, à l’UFAP-UNSa Justice c’est votre avis qui nous intéresse et qui guide notre action pour le devenir des officiers malgré la « gerbe » de nos détracteurs.

OUI, la majorité des officiers veut avoir le choix de son avenir, rester dans le Corps de Commandement ou évoluer dans une catégorie A, autre que le Corps de DSP.
L’intérêt commun est que chacun d’entre nous puisse pouvoir pousser les portes qu’il désire pour investir les responsabilités et grades, voire corporations supérieures. L’UFAP-UNSa Justice, par sa seule signature du relevé de conclusion permet enfin, sans aucune mesure, ce large choix et une évolution certaine.

S’agissant de cette CAP, elle n’a pas été différente des autres et a encore donné lieu à des incohérences plus que discutables où l’on préfère les amis plutôt que le parcours et la compétence professionnelle. Les résultats parlent d’eux-mêmes. Un jour les agents sont trop jeunes pour prendre les responsabilités et ils ont le temps, le lendemain l’officier a mis trop de temps pour se décider, après c’est le grade qui prime ou bien l’agent n’a pas fait assez de choix, et le surlendemain c’est l’avis du CE ou DI qui doit être suivi.

Le sentiment d’injustice est présent pour beaucoup !!!!!

Pour l’UFAP-UNSa Justice, arrêtons cette gabegie, que la DAP soit claire jusqu’au bout. Si un parcours de carrière est à respecter, comme nous le revendiquons, que l’on nous consulte et que cette règle une fois définie soit respectée par tous lors de la tenue des prochaines instances. Cependant, une nouveauté est toutefois à souligner : la volonté de protéger les agents du renseignement en ne divulguant plus leur identité. Enfin une mesure intelligente et bienveillante pour le personnel dans ce domaine et la première Organisation Syndicale, l’UFAP-UNSa Justice y adhère complètement.

Concernant le reste, vous l’aurez compris, certains sont déjà en campagne et tous les coups sont permis. Ils vous promettent au travers de slogans accrocheurs un avenir meilleur, mais posez-vous juste une question :

POURQUOI NE PAS L’AVOIR FAIT AVANT ???? QU’ONT-ILS OBTENU ??? Rien, Rien, et Rien…

Se nourrir du travail des autres pour le vomir s’apparente à un comportement ‘’d’anorexique neurologique’’ ou d’adepte de la pensée vide. Leur activité favorite consiste seulement à salir l’UFAP-UNSa Justice.

Notre Organisation Syndicale montre sans cesse qu’elle œuvre dans l’intérêt de tous, les autres dans leur intérêt personnel. Il suffit de regarder le nombre de promus au grade ou corps supérieur dans leur rang .. La filière de commandement est en cours de reconstruction, l’UFAP-UNSa Justice se doit d’avoir un
comportement intègre et bienveillant pour l’ensemble des officiers. La réforme dont seule l’UFAP-UNSa Justice est signataire permettra de mettre un terme à ces magouilles d’un autre temps.

L’UFAP-UNSa Justice, un syndicat d’action et une présence quotidienne

Paris le, 21 Septembre 2018
Les élus de CAP UFAP-UNSa Justice

CR CAP CdC 14 09 2018

Related posts