Corps de Commandement – FLEURY et sa 1ère DAME

A chaque CAP de Mobilité et de changement de responsable de structure, les Personnels espèrent une amélioration de leurs conditions de vie et de travail, tout en espérant également un minimum de communication avec leur PATRON(N€).

A Fleury-Mérogis, il en est tout autre. Les Personnels de ce fonds de commerce se sentent complètement laissés de côté, abandonnés et méprisés.

En effet, jamais lors de nos visites sur Fleury-Mérogis le constat n’a été aussi accablant, de la part des Personnels, sur la manière de faire d’un Chef d’Etablissement.

L’ère MOREAU est passée et même maintenant regrettée des Agents. Depuis l’arrivée de la nouvelle promue à la tête de ce paquebot pénitentiaire, sa majesté détruit tout ce qui avait été construit et entretenu par son prédécesseur et pense peut-être que manœuvrer ce gros navire c’est comme naviguer avec une barque.

Cependant, la confiance de ses Fonctionnaires semble perdue face aux mesures entreprises et au comportement de cette conquérante. Mais qu’à cela ne tienne, pour les Personnels rien ne se profile de manière positive mais ils connaissent bien la devise :

FAIRE et DEFAIRE c’est toujours FAIRE !!!

Concernant le Corps de Commandement, ces Personnels sont dépités et ne savent plus comment arrêter la spirale du toujours plus. Avec un effectif déficitaire aussi important sur cette structure, 3 officiers sur certaines tripales qui comptent près de 900 détenus, le soutien n’a jamais été aussi absent. Les officiers doivent bien comprendre qu’ils sont devenus de véritables esclaves du travail. Et quitter l’établissement avant la première gestionnaire, bien que la durée légale quotidienne du travail soit déjà dépassée, ce n’est pas normal mais c’est surtout montrer un manque avéré de motivation professionnelle.

La direction et sa garde rapprochée n’ont pour objectif que la mise en place coûte que coûte de GENESIS, signe avant-coureur d’un engagement en vue d’une perception pour elle de belle prim(€) pour la fin 2016.

Comme on dit, l’espoir fait vivre, alors en cette fin d’année, espérons que les réveillons de fêtes puissent jouer de magie pour que cette Chef d’établissement s’anime un peu plus en termes d’humanité et d’humilité. Les Personnels, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes et de tous corps et grades confondus, ne veulent rien d’autre qu’un minimum de reconnaissance et de soutien.

L’UFAP-UNSa Justice quant à elle, restera attentive à la situation de FLEURY qui à ce jour subit en tous points de vue la politique délirante de notre administration.

L’UFAP-UNSa Justice une présence quotidienne

Paris, le 16 Décembre 2015

Le Secrétaire National UFAP-UNSa Justice

Corps de Commandement

Luciano DUCCESCHI

151222 – Tract CDC – Visite à Fleury

Related posts