CORPS DE COMMANDEMENT La désinformation s’enchaîne en période électorale !…

Cette semaine les mandants que vous avez élus en 2014, se réunissent une dernière fois dans la plus haute instance de notre institution, le Comité Technique Ministériel, pour expertiser et amender, en partie, des textes relatifs à la réforme de la chaîne de Commandement.

Les opposants à notre Organisation, ne cessent de désinformer les Personnels, que ce soit au travers du relevé de conclusion visant la chaîne de Commandement, ou bien celui signé en janvier dernier. Ces gesticulateurs ne savent faire qu’une seule chose, protéger leur petit siège et décharge d’activité de service pour leur seul bien être personnel. Le réveil des élections les fait sortir alors de leur hibernation, comme lors des périodes de Tableaux d’avancements ou Listes d’Aptitudes.

A l’UFAP UNSa Justice, contrairement aux autres, responsables, nous proposons, négocions et signons des avancées pour le terrain. La cible que nous sommes pour ces amateurs du syndicalisme, démontre qu’il vaut mieux s’en prendre au concurrent syndical que nous sommes qu’à l’administration qui est la seule interlocutrice des représentants du Personnel.

Nous le disons haut et fort à FO et SNCP-CFDT-CGC-Girouettes et consorts, que les directeurs sont sur leurs listes électorales et non sur les nôtres !…  Comme à Fleury, Fresnes et bien d’autres établissements…

Pour conclure sur ce préambule, l’UFAP UNSa Justice rappelle qu’elle avance dans cette réforme, comme sur le retrait de l’article 10 pour les « B » qui a été voté la semaine dernière en CT-AP.  Au lieu de déverser des « fake », qu’ils expliquent aux Officiers pourquoi ils ont voté « CONTRE » le texte qui supprime cet article « 10 » pour les « B » ?!… Et que dire des écrits lunaires de la CFDT qui dans son dernier tract indique qu’à cause de l’UFAP UNSa Justice, les Personnels vont perdre l’article10 !

Oui le temps le travail du travail au forfait, c’est enfin terminé pour les Lieutenants, Capitaines et Commandants !… N’en déplaise à ces syndicats qui ont les boules de ne l’avoir jamais obtenu. A moins que cela soit une crise de jalousie de la part des DSP composant leur fond de commerce.

Bref, ne nous attardons pas plus sur ces antis-tout ou absents des rendez-vous pénitentiaires, sauf en période électorales !…

La réforme de la filière de surveillance, de la chaîne de Commandement que seule l’UFAP UNSa Justice a signée, sera bien à l’ordre du jour du Comité Technique Ministériel du 22 Novembre 2018 !

Pour commencer, durant 5 ans, les 1erSvts et Majors qui ont acquis au moins 3 ans d’ancienneté, pourront se présenter aux dispositions (Exa. Pro. et L.A.) qui leur seront offertes pour évoluer dans le Corps de Commandement.

Sur cinq ans, ce n’est pas moins de 1400 Agents qui vont devenir Lieutenant, soit plus de 50% des gradés, du jamais vu !… Et qui peut être contre cette réforme ?… S’il y en a, qu’ils aient du courage de ne pas s’employer à cette évolution afin de laisser les autres Personnels qui ne la critiquent pas, en profiter !

Pour les Officiers, idem, 450 emplois vont être ouverts en « A », 40% de promotion en 5 ans, là encore du jamais vu !… Pour les Officiers désirant rester dans le « B », ils bénéficieront de la fusion pour les Lieutenants à compter de 2021, sans oublier la dynamique de promotion pour l’accès au grade de Commandant.

Oui, en embrassant le 5ème échelon « indice 470 » du fait du maintien de l’échelon stagiaire qui prend l’échelon 1, l’Agent deviendra Capitaine. Ceux qui stagnaient à l’indice sommital de Lieutenant ou Capitaine, pourront accéder aux échelons sommitaux de Capitaine (640), ou s’inscrire aux dispositions pour devenir Commandant, grade maintenant démuni de filtre et de délai par le TA de Capitaine.

Alors, pour devenir Commandant, à compter de 2019, il faudra être Capitaine, détenir douze ans de service effectif dont six ans dans le Corps de Commandement pour s’inscrire à l’examen professionnel. Pour le Tableau d’Avancement, il faudra 17 ans de service effectif dont sept ans dans le Corps de Commandement.

A compter de 2021, il faudra douze ans de service effectif dans le Corps de Commandement pour s’inscrire à l’examen professionnel, et 17 ans de service effectif dont sept ans dans le corps de commandement pour le T.A.

En termes d’indices majorés, le Capitaine lui culminera à 640 points (en échelons linéaires !), et le Commandant à 756 pour l’échelon fonctionnel.

Pour devenir CSP catégorie « A », pendant la période transitoire de 2019 à fin 2023, l’Officier actuel devra :

  • Par examen professionnel: être à minima au 3èmeéchelon de Lieutenant et détenir 5 ans d’ancienneté dans le Corps de Commandement.
  • Par Liste d’Aptitude: être à minima au 5èmeéchelon de Lieutenant / Capitaine et détenir 7 ans d’ancienneté dans le Corps de Commandement.

Pour devenir CSP Hors Classe, il faudra :

  • Par Examen Professionnel: disposer de 10 ans de service effectif dont 4 ans dans le grade.
  • Par Tableau d’Avancement: être à minima 2 ans dans le grade de CSP Classe Normale, et être au 8ème échelon.

Pour devenir CSP Classe Exceptionnelle, il faudra :

  • Par le seul Tableau d’Avancement: être au 5èmeéchelon et dans les 12 dernières années, avoir accompli 8 ans de fonctions particulières (liste arrêtée par le garde des Sceaux), ou détenir 3 ans d’ancienneté dans le 9èmeéchelon du grade de CSP Hors Classe et fait preuve d’une valeur exceptionnelle. (C’est le format classique pour les promotions à ce garde !).

Concernant les mesures pérennes et les grilles indiciaires de la catégorie « A » à trois grades, ces dernières méritent encore des ajustements en termes de dynamique, amendements que l’UFAP UNSa Justice portera lors du CTM. Cependant, la première grille de CSP Classe Normale, l’indice majoré sommital pérenne est porté à 673 et en transitoire à 733 et 756, la grille de CSP Hors Classe à 821, et la Classe exceptionnelle à 830 et indice spécial HEA correspondant à 890 points.

Ensuite, d’où sort cette connerie visant à ce que les Officiers montent des nuits ?!… Tout est bon pour pourrir l’atmosphère, ou pour mieux cacher leur bêtise, quand ils votent « CONTRE » la suppression de l’article 10 pour les Personnels du CDC.  Idem, s’agissant de la mobilité des CSP, ou là encore le sujet n’est pas tranché, mais pour lequel nous sommes farouchement opposés à la mobilité obligatoire pour l’ensemble du Corps de CSP, même si elle était de 5 ans renouvelable une fois. Nos amendements sont en arbitrage à la DGAFP. Néanmoins nous restons ferme sur ce point précisément.

Comme vous pouvez le constater, contre vents et marées, l’UFAP UNSa Justice se bat et surtout honore son mandat en atteignant les objectifs fixés dans l’intérêt commun des Personnels. Cette réforme est historique et un nombre de promotions inégalées, en C, en B comme en A.

Chers Collègues, soyez vigilant(e)s, car durant les prochains jours vous serez inondés de « conneries » en tout genre, comme celle qui laisse entendre que cette réforme va profiter aux DSP ou encore, que cette réforme prévoit de faire faire des nuits aux Officiers, etc…

Nous verrons bien si jeudi 22 novembre, les incendiaires sont aussi forts pour démontrer leur pertinence à promouvoir un Corps ou s’ils persistent dans leur gesticulation à des fins uniquement électoralistes. Quant au Corps des DSP, il est très loin d’en sortir gagnant, car dorénavant grâce à ces syndicalistes en herbe, ce Corps va se retrouver en situation statutaire que l’on qualifie de « cimetière statutaire ». Tu parles d’une catégorie A+ !… Les Personnels d’Insertion et de Probation ont connu ça de 2010 à nos jours. Demandez leurs s’ils en gardent un bon souvenir !…

L’UFAP UNSa Justice fidèle à ses engagements continuera à travailler pour l’avenir des Personnels. En lui faisant confiance en 2014, elle vous a démontré sa détermination et sa capacité à aller chercher du pouvoir d’achat, à faire reconnaître nos difficultés, défendre vos intérêts en conseil de discipline et affaire pénale…

Paris, le 19 Novembre 2018

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire National,

Luciano DUCCESCHI

Tract CdC CTAP

Related posts