Corps de Commandement – Les agressions, un quotidien si banal !

Une fois de plus, une fois de trop, la violence de la population pénale a montré qu’elle était aujourd’hui une banalité dans notre quotidien professionnel.

En effet, toutes les formes de violences se multiplient dans nos établissements : agressions sur les Personnels de tous corps et grades confondus, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de nos structures ou, pire encore, parfois envers les membres de nos familles.

Pour une attente d’audience, une réponse négative engendrant une frustration, un regard, nos pensionnaires sont prêts à tout pour en découdre avec le Personnel, qu’il soit masculin ou féminin. L’uniforme est la cible à abattre car il représente l’autorité ! Les repères moraux sont perdus, les limites n’existent plus, la vie n’a guère de valeur aux yeux des usagers contraints du service public pénitentiaire.

Ce n’est pas moins que deux lâches agressions qu’ont subis deux officiers sur la même journée du 23 Octobre dernier, à REAU et à VILLENAUXE la GRANDE.

Un détenu qui a bombardé de coups de poings et de gifles une lieutenante responsable d’unité à REAU et, pour VILLENAUXE, la projection d’urine et de matière fécale sur le Chef de Détention suivie d’une pluie de coups. Ces voyous n’ont plus de limite et encore moins d’honneur. Le buzz de l’agression est devenu une mode interne ! Heureusement, les Personnels, surveillants, gradés et officiers sont les premiers remparts à cette violence pour limiter la casse et les dégâts que nos technocrates et gestionnaires sont loin de comprendre et encore moins de subir.

A l’heure du libéralisme carcéral et de la permissivité institutionalisée la fermeté est, quant à elle, appliquée à l’encontre des Personnels pénitentiaires au contact direct de cette population surprotégée.

L’UFAP-UNSa Justice lui rappelle donc qu’il existe, sous l’uniforme, des hommes et des femmes qui exercent des missions difficiles au sein des détentions. Pour l’UFAP-UNSa Justice, il est impératif que les représentants de l’administration pénitentiaire prennent conscience de leurs carences en termes de considération et de soutien et qu’ils ont obligation de garantir la sécurité et l’intégrité physique comme psychologique de leurs agents.

L’UFAP-UNSa Justice est profondément choquée, pour ne pas dire autre chose, par l’attitude « je m’en foutiste » du CE de Villenauxe qui n’a guère pris la peine de s’enquérir de l’état de santé de son chef de détention et des autres Personnels blessés et/ou choqués par l’agression vécue ! HONTE A LUI !

Cela fait maintenant un moment que vos personnels se sentent abandonnés !

Ouvrez les yeux et réveillez-vous !

Espérant que cette attente légitime de soutien et de reconnaissance s’inscrive réellement dans les orientations de la DAP, l’UFAP-UNSa Justice, soucieuse de la santé et du bienêtre des agents, souhaite un prompt rétablissement à nos collègues meurtris dans leur chair. Notre Organisation Syndicale leur apportera tout le soutien dont ils auront besoin.

L’UFAP-UNSa Justice exige également un traitement disciplinaire et judiciaire exemplaire envers ces lâches afin d’envoyer un message fort et précis de soutien aux agents.

L’UFAP-UNSa Justice, un syndicat de progrès, une présence quotidienne….

Paris, le 25 octobre 2017

Luciano DUCCESCHI

Secrétaire National

271017 – tract CdC – agressions

Related posts