Corps de Commandement Réunion de travail relative aux règles d’avancement…

Le 10 Mars se tenait à la DAP une réunion de travail relative aux règles d’avancement au grade de Capitaine. Cette dernière rassemblant tous les élus de CAP, aura eu le mérite de nous informer du rajout de quelques postes à la nomenclature déjà existante pour l’accès au grade de Commandant ; cela avant toutes informations et validation au prochain CT-AP !

Les Agents en activité sur les postes de « responsable adjoint au DSD en DI », les postes de « Chef de Détention à RIOM et DRAGUIGNAN » pourront bénéficier d’un avancement au grade de Commandant sur place, ou bien, un Commandant pourra postuler sur ces postes.

En revanche, à la grande surprise de l’UFAP-UNSa Justice qui souhaite élargir la cartographie et la rendre plus riche, en intégrant les Chefs de Détention des établissements « égal ou supérieur à 400 places » et en y ajoutant les postes de « CNE et UAT », la DAP est restée sur son format, avec comme seuil les établissements de plus de 600 places.

Pourquoi alors, DRAGUIGNAN qui est un établissement de 504 places devient « commandisable » ?!…

Nous regrettons que la DAP reste aussi floue dans la raison qui l’amène à refuser certains postes et à en distribuer d’autres avant une CAP de mobilité. Ces postes seraient-ils déjà promis ?… Bizarre, non !… Dans tous les cas, c’est scandaleux et irrespectueux pour tous les Agents qui attendent un avancement et qui légitimement souhaitent à l’instar de l’UFAP-UNSa Justice, de la cohérence et surtout de la transparence !…

L’UFAP-UNSa Justice a d’ores et déjà demandé à la DAP de rédiger et diffuser une note visant la priorisation de la mobilité sur les postes de DRAGUIGNAN pour les Agents qui ont dû quitter l’établissement à l’occasion des inondations. Cette note devra également informer les Commandants, quant à la possibilité de candidater sur ces deux établissements. Par ailleurs, la DAP se doit aussi de remettre à jour le tableau de référence des postes « commandisables ».

Concernant les discussions visant l’avancement au grade de Capitaine, la DAP veut tout changer pour ne rien changer. Alors, à quoi bon et pourquoi alors cette réunion ?!…

L’UFAP-UNSa Justice a toujours été claire dans ses propos !… Il n’est pas normal que les DI seules puissent élaborer les listes d’avancement alors qu’il n’y a pas de CAP-Interrégionale du Corps de Commandement !… Faute d’échelon régional de concertation, les listes établies par les DI ne doivent être qu’une aide au débat de la CAP d’avancement.

Par principe pour l’UFAP-UNSa Justice, il n’est pas normal qu’un Lieutenant ayant seulement 2 ans dans le grade puisse se voir propulser au grade supérieur alors que dans le même temps, certains Collègues ayant 21 ans de grade ne sont toujours pas proposés et par conséquent promus, au seul motif qu’ils ne rentrent pas dans les petits papiers de leur directeur !… Pour rappel, le grade de Lieutenant est le grade de base du corps de Commandement !

L’UFAP-UNSa Justice condamne fermement cette gestion rétrograde et pitoyable !… Cela démontre ô combien le malaise est profond et l’incompétence des hauts fonctionnaires de cette administration !…

Et que dire des propos tenus par la représentante de la DAP, Odile CARDON, qui considère que si ces Agents ne sont pas encore Capitaines, c’est parce qu’ils n’en ont tout simplement pas les capacités, où parce qu’ils n’ont pas suffisamment fait de choix de mobilité.

L’UFAP-UNSa Justice ne peut que condamner ces propos profondément irrespectueux et dénoncer cette vision minimaliste, qui montre à quel point ils ont poussé la réflexion à la DAP !…

Alors quand-il s’agit d’avoir une discussion sur le suivi des effectifs et la gestion au quotidien du corps, nous vous laissons imaginer l’absence de réponse de la part de celle qui se permet de cataloguer certains de nos Collègues !… Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Par ailleurs, nous avons dénoncé l’érosion du corps, avec au 1er janvier 2016, 1113 Officiers contre 1165 au 1er janvier 2013 !… Comment comprendre cette érosion ?!… Quand parallèlement 90 emplois ont été créés pour le renseignement pénitentiaire ; durant cette même période, nous avons connu la fermeture de 6 petites structures et l’ouverture de 4 grandes (VENDIN, VALENCE, RIOM, BEAUVAIS). Toujours dans le même temps, des postes ont été créés pour répondre à certaines nouvelles missions telles que : les ARPEJ, les Pôles ACP, les PREJ, les Responsables de Pôle de Formation etc…. S’ajoute à cette énumération les 25 emplois supplémentaires pour 2016 et 20 pour 2017 obtenus dans le cadre de l’unité syndicale… N’y a-t-il pas un problème ?!…

Avec autant de création de postes, nous avons moins d’Officiers !… Et à cela les apprentis gestionnaires de la DAP font les étonnés ! …

L’UFAP-UNSa Justice a indiqué à l’administration le fait que le taux de « promus/promouvables » n’évolue pas de manière satisfaisante !…

Nous avons argumenté notre proposition, pour tendre vers une forme de « juste équilibre » afin que l’ancienneté dans le grade et le mérite soient vraiment pris en compte.

Ainsi, conditionner un délai de passage au grade supérieur d’environ 7 ans, (scolarité et stagiairisation comprises), permettrait un meilleur déroulement des avancements, en intégrant les plus anciens.

L’UFAP-UNSa Justice a rappelé l’absence de reconnaissance qui pourrit l’existence des Lieutenants confrontés à la dure réalité du terrain. Les Lieutenants représentent 60% du corps contre 50% inscrits dans le pyramidage de la réforme statutaire de 2006, soit : 668 contre 556 théoriques pour 1113 Agents.

Au regard de cette démonstration, il aurait été logique de promouvoir 112 Collègues sans compter les postes de Capitaines qui pourraient se libérer par les promotions au grade de Commandant. Soit une centaine de postes supplémentaires !…

Malgré nos arguments et cette démonstration, la DAP soutenue par les autres Organisations Syndicales, a rejeté nos propositions et conforte de fait, sa volonté de rester dans ce fonctionnement inéquitable et à la carte !

L’UFAP-UNSa Justice, le syndicat d’actions et force de propositions, ne lâchera pas malgré cette réunion stérile et continuera à défendre les valeurs qui sont les siennes, en soutenant sans détour les acteurs de terrain que sont les Personnels du Corps de Commandement. Les Officiers méritent d’être beaucoup mieux considérés et pour cela, nous mettrons tout en œuvre pour accélérer le processus de réforme afin d’y inscrire plus de justice.

L’UFAP-UNSa Justice, une Présence Quotidienne…

Paris, le 11 Mars 2016

Pour l’UFAP-UNSa Justice,

Luciano DUCCESCHI.

Fabian GOLLENTZ.

140316 – CdC – Réunion de travail règles d’avancement

Related posts