CP Béziers: Notre sécurité toujours en péril!

Béziers, le 19 Juin 2018

 

Ce W.E comme beaucoup de W.E mais aussi maintenant les jours de semaine, des individus sont venus projeter des colis à destination de nos pensionnaires. En effet, rien que pour la nuit du 18 au 19 Juin, 19 colis dont le contenu ne nous a pas été entièrement communiqué (drogues 500gr, alcool, 10 téléphones, comprimés médicamenteux, etc…) sont tombés du ciel et  ont été interceptés grâce au professionnalisme des personnels en poste.

L’UFAP exige que les malfaisants qui se sont introduits dans les abords avec une facilité déconcertante et qui ont été appréhendés à plusieurs reprises, soient qualifiés et sanctionnés en tant que « tentative d’évasion ».

Concernant ce phénomène de projections, l’UFAP a pourtant fait de nombreuses propositions par voix de tracts (Réagissons et vite du 23/11/15. Encore un couteau OPINEL saisi en détention du 01/10/15. Découverte d’un couteau OPINEL du 30/03/15. C’est simple comme un coup de fil du 31/03/14). Ces propositions ont été systématiquement inscrites à l’ordre du jour, et notamment lors du dernier CTS local (paragraphe sécurisation du domaine pénitentiaire).

Les solutions proposées par l’UFAP ont-elles vraiment été étudiées et prises en compte ?

Monsieur le Directeur, quelle valeur accordez-vous à vos agents ?

Est-il acceptable que pour des raisons financières, leur sécurité et celle de l’établissement soient en permanence mises en péril ?

 

Monsieur le Directeur, fini le bla bla ! Il est grand temps de réagir, de se mettre autour d’une table et de trouver des solutions durables à ce phénomène.

           

Aujourd’hui, les limites sont largement franchies, nous attendons de la part de notre administration et notamment la DISP, une réponse rapide et efficace.

 

Nous attendons de notre Directeur, garant de la sécurité de son personnel, qu’il saisisse le Préfet de l’Hérault pour demander des rondes plus fréquentes des forces de l’ordre aux abords de l’établissement (ce qui se fait actuellement mais insuffisantes).

           

N’attendons pas que des armes et explosifs soient « parachutés » dans notre enceinte (espérons que ce ne soit pas déjà le cas), il est temps que nos dirigeants prennent leurs responsabilités avant de devoir assumer une situation lourde de conséquences.

Pour le bureau local UFAP-UNSa Justice,

JANSE Jean Michel

 

 

Related posts