CP PERPIGNAN: TENTATIVE D’AGRESSION SANCTION AU RABAIS

 

Perpignan, le 17 avril 2018.

Vendredi dernier, un détenu récemment transféré de Villeneuve les Maguelones, a proféré des insultes et des menaces de mort à l’encontre de l’un de nos collègues du 3ième étage du CD.

Ce détenu a donc été, en toute logique, convoqué pour s’expliquer devant le Capitaine du bâtiment.

A cette occasion, Il a réitéré ses menaces de mort contre notre collègue en ces termes :

« Si je revois ce surveillant je vais lui exploser la tête, je vais le buter »

et il est devenu très menaçant. Le chef du bâtiment et son adjoint ont donc décidé de le placer au Quartier Disciplinaire pour mettre fin à l’incident, mais celui-ci a opposé une forte résistance pour se laisser menotter. Grâce au personnel venu en renfort après le déclenchement de l’alarme, il a pu être maîtrisé.

Ce détenu, tout le long du trajet vers le QD, a non seulement tenté de se blesser en se jetant sur les grilles, mais a aussi tenté de mettre des coups de tête à l’un des surveillants.

Incarcéré pour viol sur mineur de 15 ans et condamné à 3 ans de détention, il vient de VLM où il a déjà commis des agressions sur le personnel. Il a « atterri » chez nous non pas en Mesure d’Ordre et de Sécurité mais en transfert normal, ce qui nous semble bizarre…Ne s’agirait-il pas d’un MOS « camouflé » pour qu’on l’accepte plus facilement dans notre établissement ?

Lors de la commission de discipline présidée par le Directeur, ce dernier n’a pas retenu la tentative d’agression qui est pourtant une faute du premier degré et qui peut coûter jusqu’à 30 jours de cachot ! POURQUOI ?

Il n’a retenu que les insultes et menaces qui constituent une faute du 2ième degré. Le détenu a, semble t-il, nié les faits.

La parole du détenu a donc plus de valeur que celle des surveillants présents lors de l’incident ?!!

Pourtant, le compte-rendu d’incident est très clair, il y est bien noté : « il a tenté de porter des coups de têtes »…

Le détenu n’écopera donc que de 14 jours de QD !

Pour finir, nous rappelons à l’équipe de la Direction Interrégionale, qui est en charge de l’organisation des transferts que, sur la feuille d’Ordre de Transfert quand il est arrivé à Perpignan, il était noté : « si ce détenu n’améliorait pas son comportement, celui-ci serait transféré sur la Direction Interrégionale de Bordeaux »

DONC Y ‘A PLUS QU’A…

Johann REIG

Secrétaire local UFAP/UNSA Justice

Related posts