CP SEYSSES: Dr Cynoque et Mme Foldingue…du grand médical à l’UHSA !

Seysses, le 9 mai 2018

Le 21 avril dernier de nuit à l’UHSA, vers 19h00 il est demandé à la première surveillante d’organiser une escorte pour sortir une détenue qui s’était légèrement blessée à la main et aller faire une radio aux urgences de Purpan…

Nous sommes un samedi soir, les urgences sont donc comme d’habitude chargées. Cette professionnelle responsable, à la vue des récents évènements ayant agité certains quartiers de Toulouse et la maison d’arrêt, où les personnels pénitentiaires dehors comme dedans sont montrés du doigt comme étant les assassins d’un détenu y étant décédé, décide et elle à tout notre soutien que la détenue sera extraite le lendemain car l’urgence est loin d’être vitale…

Sur ces faits et cette décision, une infirmière qui doit habiter sur Mars pour ne pas être au courant du climat extérieur hostile aux représentants de l’AP, s’insurge contre cette décision…mais oublie au passage qu’elle n’a aucun pouvoir de décision. Cette triste personne, obnubilée uniquement par le bien être de sa protégée, formatée à n’évoluer que dans sa petite sphère psy et manquant cruellement d’objectivité, ne pense pas un instant à la sécurité des agents, ni qu’elle va surcharger un service des urgences pour un bobo, sans parler du coût… Après contact du médical à l’officier de permanence, il sera comme d’habitude demandé d’organiser l’escorte…

Et ce quoi devait arriver arriva ! Pendant l’attente aux urgences, 3 individus de passage devant le box tiennent ces propos : « ah des surveillants de Seysses, on va tous les crever ! » Fort heureusement ils en resteront là ! Quid si ils étaient revenus avec des renforts, Mme l’infirmière ?

Mais le meilleur est pour la fin ! Pendant l’attente, la détenue a révélé qu’elle s’était blessée vers 13h, et 6h après le médical se réveille ! Non, rien ne les effraie…Cerise sur le gâteau, la radio ne révèlera aucune lésion.  Mais cela aussi était prévisible.

Pour arriver à un tel stade d’incompétence, nous nous demandons si cela n’est pas volontaire. Qu’on nous explique pourquoi l’escorte n’a pas été demandée dans la journée quand il y a le plus d’agents ! Pourquoi attendre le soir et ainsi ne laisser sur site qu’un gradé et un agent ? Pourquoi attendre le créneau horaire le plus surchargé aux urgences ? Des réponses claires et rationnelles seraient les bienvenues !

    En tout état de cause, l’UFAP sera toujours vigilante et n’hésitera pas à dénoncer les responsables en cas d’incident suite à une sortie injustifiée ! Souhaitons qu’à l’arrivée de l’été cette infirmière d’une autre planète et le staff médical en général aient une formation sur les piqures d’anophèles pour éviter aux agents de se retrouver aux urgences pour une suspicion de rougeole ou autre grave maladie imaginaire !

 

Le bureau local

                                                                                             

Related posts