CP SEYSSES: Lame et silence radio

Le 16 juillet 2018, l

 

Ce vendredi matin 13 juillet en début de service l’UCSA est appelée sur la MH2 pour un détenu « inerte et scarifié ». Les infirmiers se déplacent en bâtiment et ramènent le suicidaire jusqu’à l’infirmerie. Sur place, ceux-ci ne constateront sur lui que quelques coupures bénignes, beaucoup de rouge pour simuler du sang, mais rien qui ne justifie son état apparent.
C’est alors que celui-ci se relève subitement et sortant une lame de rasoir de sa chaussure menace le personnel soignant ! Ceux-ci déclenchent une API et l’alarme murale qui, cette fois, fonctionnent. Le surveillant en poste à l’UCSA armé de son seul courage profitera d’un instant d’inattention pour saisir le bras armé du détenu et parviendra seul à le maitriser jusqu’à l’arrivée des renforts.

Le simulateur sera amené jusqu’au quartier disciplinaire où lors de la fouille les agents du QI/QD découvriront sur lui son couteau de cantine et écrit sur sa propre personne « les matons m’ont tué ». Encore un détenu qui promet pour les agents du QD…
Jusqu’ici tout va bien serait-on tenté de dire. Sauf que si les alarmes ont bien été répercutées, lorsque le surveillant au PCI a lancé à plusieurs reprises un appel général pour indiquer le lieu de l’incident personne ne l’a entendu ! Sur la MH2 dès le début de l’incident un seul DECT en état de marche pour tout un bâtiment !

Heureusement le surveillant UCSA a réussi à maitriser rapidement le détenu avant qu’il ne s’en prenne à quelqu’un ! Heureusement du monde était présent dans cette zone lors de l’incident ! C’est par les fenêtres que les infirmières ont pu appeler des renforts…
Rappelons qu’il y a peu lors de l’exercice POI, l’alarme API n’a pas fonctionné ! Combien de fois ces derniers temps c’est on aperçu que les alarmes étaient hors service avec des agents aux étages sans DECT ni moyens autres que l’alarme murale ! Même le sifflet n’est plus en dotation ! Dans tous les cas faisons comme si tout allait bien, le technicien ICOM repassera… Tout va bien, ce n’est qu’un marché national !

Le bureau local UFAP-UNSa justice tient à féliciter en premier lieu le surveillant UCSA pour son courage et sa réactivité face à ce qui aurait très vite pu se transformer en prise d’otage. Notons que personne de la direction n’a estimé nécessaire de se déplacer ou de recevoir l’agent par la suite !

Le bureau local UFAP-UNSA justice exige la fiabilisation des systèmes d’alarmes et de
communications, seuls garants de notre sécurité, ainsi que la mise en place d’un canal d’urgence prioritaire avec le PCI. Hors de question pour nous d’envisager l’ouverture d’un « quartier étanche » sans cela !

Le bureau local

Related posts