vendredi 12 juillet , 2019

CP SEYSSES: TENTATIVE D’ÉVASION ET RISQUE D’IMPLOSION

Vendredi 05 avril vers 19h30, un détenu est extrait à l’hôpital suite à un très mauvais numéro d’acteur à l’unité sanitaire. Malgré un signalement et le sous-effectif engendré, le médical primera sur le tout et 2 agents devront laisser leurs postes pour l’escorter.

Une fois dans le box, le détenu attaché au lit parvient discrètement à faire glisser sa main hors des menottes et pars en courant dans l’hôpital. Les collègues le rattraperont après une course poursuite de 400 mètres, malgré la vingtaine d’année du détenu et sa détermination ! Ils parviendront à le maitriser et à le ramener dans le box, dans l’attente encore une fois trop longue de l’arrivée de la garde statique.

Les examens n’ayant naturellement rien donné, le détenu sera reconduit au CP mais n’ira pas au quartier disciplinaire malgré sa tentative d’évasion, son état psychologique étant jugé incompatible avec…

Le bureau local UFAP-UNSa justice espère que les 2 agents seront récompensés à hauteur de leur exploit, et qu’à l’avenir les avis et observations du personnel soient entendus. Un débriefing avec les agents aurait aussi été le bienvenu… Le détenu devra être transféré à l’issue d’une peine exemplaire de QD lorsqu’il sera passé en CDD.

Si la création prochaine d’ESP permettrait entre autres de répondre à cette problématique, elle ne répondra pas aux problèmes d’effectifs en détention, et les 10 postes supplémentaires ne couvriront pas les postes vacants créés seulement depuis les 2 dernières CAP, créations de postes, annulations, départs retraite, démissions, etc… Là aussi, le bureau local UFAP-UNSa justice constate que le nouveau directeur interrégional n’aura absolument rien entendu de ce que le personnel demandait, malgré un mouvement local historique et le début de dialogue social engagé. Encore une fois les décisions tombent du national sans concertation et au détriment de la détention.

Il est vrai que rien ne presse, tout va bien sur Seysses. Pas une semaine ne passe sans qu’une horde de détenus n’arrache à grands coups de pieds le grillage en promenade pour récupérer shit alcool armes et on ne sait quoi dans les zones neutres et chemin de ronde. À Seysses tous les jours c’est POI… mais sans le personnel pour sécuriser l’ensemble des zones neutres, couvrir les étages pour intercepter les yoyos, fouiller l’ensemble des détenus à la sortie… faire tout ce qui doit être fait dans ces cas-là. L’insécurité règne, un incident peut dégénérer à tout moment, mais sans le personnel nécessaire pour y faire face.

7 postes ESP n’y changeront rien si ils ne sont pas intégrés à la détention et sans apport d’effectif pour couvrir les postes sécuritaires et mouvements !

Le 08/04/2019, le bureau local.

Related posts