CT-SPIP DU 3 DECEMBRE 2015 – L’UFAP-UNSa JUSTICE NE PARTICIPERA PAS A CETTE MASCARADE DE DIALOGUE SOCIAL

L’UFAP-UNSa  Justice a décidé de boycotter le CTSPIP qui devait se tenir ce jour pour la simple et bonne raison que nous ne sommes pas des comédiens mais bel et bien des représentants des Personnels.

Or, depuis la création du CT-SPIP, l’UFAP-UNSa Justice, venue porter la voix des Personnels, n’a fait qu’assister à une mascarade de dialogue social, l’Administration faisant passer ses projets coûte que coûte, faisant fi des difficultés des terrains que nous n’avons de cesse de rappeler : effectifs insuffisants créant des charges de travail démesurées, écrêtage des heures supplémentaires, techniques managériales relevant d’un autre temps et favorisant un terreau propice aux risques psycho-sociaux, souffrance au travail et multiplication des burnout, conditions de sécurité alarmantes dans les SPIP, sous-rémunération des CPIP menant à une désertion du métier…

Ultime cerise sur le gâteau de cette mascarade de dialogue social : nous faire croire que notre voix, que la voix des stagiaires pré-affectés en souffrance partout en France avait été entendue, nous promettant un abandon rapide de ce système désastreux de pré-affectation des CPIP stagiaires que nous dénonçons depuis sa mise en œuvre il y a 8 ans, pour finalement faire machine arrière sous des prétextes fallacieux, sans même daigner nous expliquer réellement et formellement les raisons de ce revirement de situation.

La mascarade se jouera donc sans nous !

L’UFAP-UNSa Justice regrette  que l’Administration Pénitentiaire reste aussi sourde à nos revendications qui, elles, sont bien connectées avec la réalité. Il ne suffit pas de crier partout haut et fort que l’Administration se réjouit de la mise en œuvre de la Réforme Pénale,  et surtout de la mise en place d’une probation à la française, sans s’inquiéter  véritablement du sujet de la formation et donc de l’abandon de  la pré-affectation, sans vouloir ouvrir une véritable réforme statutaire, sans s’inquiéter des problèmes de sécurité dans les SPIP.

De plus, le contexte général n’est guère plus réjouissant pour l’ensemble des corps de l’Administration Pénitentiaire, les organisations syndicales représentatives réunies en Unité Syndicale n’ayant cessé de se mobiliser pour faire enfin sortir l’Administration de sa cécité volontaire et boycottant l’ensemble des Comités qui s’inscrivent dans cette mascarade de dialogue social : CAP, CTAP, CTM.

Nous refusons donc de siéger aujourd’hui au CT-SPIP et par là même de servir d’alibi à une Administration qui continue d’avancer tel un rouleau compresseur.

Comme nous l’avons déjà dit, l’UFAP-UNSa Justice ne tolère pas que tout se joue actuellement dans le dos des Personnels. La résistance s’organise avant la riposte…

 Paris, le 3 décembre 2015

Pour l’UFAP-UNSa Justice, les représentants de la Filière Insertion et Probation

Sonia DARTINET, Dalila FARROUDJ et Fabrice BEGON

151203 – tract boycott CT-SPIP du 3 décembre 2015

Related posts