DE NOUVELLES AGRESSIONS

Jeudi 4 octobre, durant leur service du matin, deux personnels du cinquième étage ont
subi une tentative d’agression par un détenu.

Cette crapule a voulu attenter à la vie de nos collègues à l’aide de ciseaux cassés en deux lames
distinctes.

Grâce au grand professionnalisme des personnels, l’agresseur a été maîtrisé et placé au quartier
disciplinaire.

Vendredi 5 octobre, durant le service de soir, notre collègue du second étage a été menacé
puis agressé par un autre voyou venu se rendre à l’UCSA

Ce dernier, descendant du cinquième étage, et faute d’avoir un ascenseur en état de fonctionnement, a voulu passer en force sur la coursive alors que les personnels étaient en plein mouvement promenade. Durant l’agression, un second collègue a été blessé au poignet. Cet ascenseur dont l’indisponibilité se compte en années, aurait pu être fonctionnel si notre administration avait pris en charge l’intégralité du coût de réparation.

Entre réaliser des économies (40000 euros ?) et assurer la sécurité des personnels,
l’administration a clairement fait son choix !

Cet établissement, devenu une véritable chienlit est le fruit de la politique menée par
une direction velléitaire.

L’UFAP-UNSA Justice demande le transfert des deux agresseurs à l’issue de leur peine.
L’UFAP-UNSA Justice se tiendra aux côtés des collègues pour les démarches pénales
qu’ils engageront.
L’UFAP-UNSA Justice souhaite un prompt rétablissement aux collègues agressés et
blessés.
L’UFAP-UNSA Justice demande la réparation rapide de l’ascenseur liftier.

Bordeaux, le 8 Octobre 2018
L’UFAP UNSa Justice
Bordeaux Gradignan

Related posts