Déclaration liminaire – CAP SA du 14 septembre 2017

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les membres de la CAP

L’UNSa Justice aurait préféré commencer cette déclaration liminaire par l’évocation de situations moins pénibles. Mais, notre sensibilité syndicale nous pousse à inciter tous ceux qui liront cette déclaration à prendre une part active  dans les actions de solidarité suite au passage dévastateur des ouragans. Il va falloir reconstruire, brique par brique des pays entièrement dévastés dont notre  territoire ultra marin qui n’a pas été épargné.

L’UNSa Justice souhaite rappeler qu’une des missions es missions des élus de CAP consiste à siéger en commission de réforme sur des questions relatives notamment à l’imputabilité au service de maladies ou accidents. Les suites des décisions prises sont lourdes de conséquences pour les agents, qui sont généralement en état de souffrance lorsque la commission statue sur leur situation. L’UNSa Justice, dénonce le manque de prise en compte des élus lorsqu’ils vont siéger. Non, les élus de CAP ne viennent pas pour « Inaugurer les Chrysanthèmes ». Ils peuvent éclairer une situation, apporter des éléments nouveaux, contribuer à la prise de décision. L’UNSa Justice défend cette vision du mandat syndical.

Monsieur le Président, l’un des objets de cette CAP de rentrée est la titularisation des Secrétaires Administratifs qui ont commencé leur apprentissage il y a une année. Une année pour comprendre un monde professionnel grâce au soutien des collègues des services, grâce parfois à de la débrouillardise, mais aussi grâce aux formations dispensées. L’UNSa Justice, souhaite ici évoquer la mise en œuvre de la formation en ligne ou autrement dénommée e-learning. Cette méthode pédagogique apporte souplesse dans l’apprentissage, contribue à la réduction de CO2 par des déplacements supprimés, participe à l’équilibre entre  vie professionnelle et vie privée. Des valeurs largement défendues par l’UNSa Justice.

Cependant, certains nouveaux collègues ont rencontré des difficultés :

  • systèmes informatiques obsolètes ne permettant pas cet apprentissage sur le site de travail ;
  • pénurie de personnels ne permettant pas de dégager tout le temps nécessaire à la formation en ligne à faire comprendre que même s’ils sont présents au sein du service ils doivent se consacrer à cette formation ne pouvant ainsi effectuer leurs missions de SA.

Pour ces raisons, certains d’entre eux n’ont eu d’autre « choix » que d’effectuer cette formation chez eux, en dehors des heures de service. Aujourd’hui ce temps d’enseignement  n’a pas été pour tous comptabilisé comme temps de travail effectif. L’UNSa Justice demande un réajustement de cette situation car, le temps dédié à formation la professionnelle est du temps de travail !

Sachons accueillir, et pas uniquement sur le pas de la porte, nos nouveaux collègues car sans eux le ministère de la justice devrait faire face à une baisse de la qualité des services rendus et à un défaut de continuité de service public !!!

Paris, le 14 septembre 2017

DL.CAP SA 14.09.17doc

Related posts