jeudi 18 avril , 2019

Déclaration liminaire CTS du CP Bordeaux

Monsieur le Président,

L’UFAP UNSa Justice ne pouvait commencer ce CTS sans avoir une pensée pour nos collègues agressés depuis ce début d’année et notamment Yannick et Olivier de Condé-sur-Sarthe, victimes d’une terrible agression le 5 mars dernier.

Tout d’abord, l’UFAP UNSa Justice constate qu’il aura fallu attendre presque quatre mois après les élections professionnelles pour qu’enfin un CTS soit organisé. Cela ne fait que confirmer le mépris et le peu d’intérêt que vous portez au dialogue social, et cela au profit d’un monologue d’objectifs qui dure déjà depuis bientôt trois ans. Encore une fois, il semble que la considération portée à la population pénale prime sur celle des personnels.

Concernant les dernières élections professionnelles, et en tant que chef d’établissement, vous êtes garant du bon fonctionnement démocratique de celles-ci. Vous vous devez de mettre fin à tout agissement répréhensible ou condamnable contrevenant au règlement dudit scrutin.

En effet pendant ces élections et ce jusqu’à la veille de celles-ci, une ou plusieurs personnes malintentionnées ont usurpé le sigle de notre organisation syndicale. Nous ne pouvons que condamner de tels agissements qui rabaissent la fonction syndicale.

Concernant la sécurité des Personnels :

il y a plusieurs mois, notre organisation syndicale vous avait interpellé sur la nécessité de mettre en place un groupe de travail sur le fléau que représentent les projections. A ce jour, nous sommes toujours dans l’attente de votre réponse. Dans une situation de surencombrement avec près de 40 matelas au sol, aggravée par votre incapacité depuis votre arrivée d’instaurer la discipline et l’ordre en détention préférant le « pas de vague », abandonnant le centre pénitentiaire aux pluies de projections d’armes, de drogues, d’alcools et autres substances interdites, vous semblez ne pas prendre la mesure de la sécurité de cet établissement et des personnels.

Il est donc urgent de mettre en place toutes les modalités et notamment celles qui ont été retenues dans le relevé de conclusions de janvier 2018.

La modification par décret des dispositions des articles R.57-7 à R.57-61 du code de procédure pénale, relatives aux fautes et aux sanctions disciplinaires, est une évolution législative et réglementaire importante que vous devrez dorénavant appliquer.

Cette évolution contribue au virage sécuritaire engagé par le relevé de conclusions du 29 janvier 2018 qui doit impérativement être mis en œuvre.

La sécurité des personnels n’a pas de prix !

Le 22 mars 2019, L’UFAP UNSa Justice Bordeaux Gradignan

Related posts