DES SAISIES CONSTERNANTES

Mardi 16 octobre au matin, une fouille sectorielle a été organisée au niveau du 6ème étage avec l’aide de nombreux personnels.

Pas moins de 16 smartphones et 8 téléphones portables ont été récupérés sur cet étage auxquels viennent s’ajouter une arme artisanale, 27 grammes de résine de cannabis, 2 clés usb, 1 carte sim, 1 paire de gants en cuir et plusieurs cailloux pouvant servir de projectiles.

A l’issue de cette fouille, 5 autres cellules au niveau du 5ème étage ont permis de rajouter à cette liste, 1 couteau, 2 autres smartphones, 3 téléphones portables, 1 gramme de résine de cannabis, une clé usb ainsi qu’une carte sim.

Pour clôturer l’inventaire de la matinée, la fouille des détenus au retour promenade a donné lieu à la saisie de 22 grammes supplémentaires de résine de cannabis et une petite bouteille d’alcool.

L’UFAP-UNSa Justice félicite l’ensemble des personnels tous grades et corps confondus ayant participé à cette opération (Agents des Bâtiments A & B, agents de l’UHSI et Eris).

Ce jeudi 18 octobre il a également été retrouvée dans le paquetage d’un détenu transféré, une lame en céramique de 15 cm. La fouille de la cellule a quant à elle été impressionnante avec pas moins de 3 lames artisanales, 5 armes de poing, un kit pour junkie, 2 téléphones portables, 1 clé usb et une dizaine de cachets de morphine.

Ces prises mettent en exergue l’insuffisance flagrante de sécurité passive de l’établissement et la
nécessité absolue de la renforcer. Les personnels savent pertinemment que cette fouille n’est que
« de la poudre aux yeux » si aucun plan sérieux de renforcement de la sécurité n’est instauré.

Pour preuve, les ‘pluies’ de projections qui se sont abattues sur le bâtiment-A mardi après-midi et ce jeudi 18 octobre démontrent que l’enceinte périmétrique ne remplit nullement son rôle.

Ces nombreuses saisies ont pour effet de produire un réel manque de crédibilité de l’institution.

Ces chiffres déjà impressionnants pour une fouille sectorielle justifient incontestablement la
programmation rapide d’une fouille générale.

Afin de sortir de cette impasse, l’UFAP-UNSa Justice requiert la mise en place urgente d’un groupe de travail en concertation avec les personnels.

Bordeaux, le 18 Octobre 2018
L’UFAP-UNSa Justice
Bordeaux-Gradignan

Related posts