DESERTIFICATION MAUBEUGEOISE

 

C.P. MAUBEUGE

Maubeuge le 16 mars 2018

 

A l’instar des médecins en France, le personnel de surveillance de tous grades, est en voie de disparition sur le CP Maubeuge et ce pour diverses raisons :

* Officiers : Reçu 4/4. Tous nos officiers ont eu le bonheur d’obtenir leur mutation, l’UFAP UNSa Justice les félicite ! Mais gratons un peu….. Nous allons encore nous retrouver sans officier à l’établissement en attendant les prochaines affectations par dépit. Il faut dire que la gestion de la direction locale à grand coups de paroles non tenues, de pressions supplémentaires dans les moments difficiles (« pensez à votre carrière… »), ou encore de trahison en retour d’investissement (« je vous mets un avis défavorable, vous ne partirez pas… »), n’incite pas les officiers à faire carrière sur Maubeuge.

Malgré nos dénonciations incessantes, l’administration reste muette et laisse perdurer cette tyrannie !

L’UFAP UNSa Justice exige le comblement des postes vacants d’officiers par le tableau d’avancement et/ou à la sortie de la prochaine promotion !   L’administration doit tout mettre en œuvre pour fidéliser ces agents en rendant l’établissement de nouveau attractif, ce qui passera forcément par un changement du gestionnaire local !

*Premiers surveillants : – 4 à l’effectif.   1 seul poste proposé à la CAP de mutation ! Comment là aussi l’administration peut-elle laisser un établissement avec un tel manque d’encadrement ! Peut-être que la direction locale se fait plus que discrète et préfère composer localement en désignant deux faisant fonction, creusant le déficit de surveillant et mettant forcément en difficulté des personnels non formés.

*Surveillants : environ – 20 agents. Entre les agents en attente de reclassement, les agents sur des postes administratifs, des faisant fonctions, des agents suspendus, des agents en CLM ou CLD, et les vacances de postes non comblés en CAP, la pénurie de personnels devient alarmante. De plus, on surenchérie avec des affectations d’agents supplémentaires au A2 pour le sacro-saint module « respect » ! Et ce bien sûr, sans consultation du comité technique,  et sans  création de postes à l’organigramme !

Le personnel Maubeugeois déjà à genou ne pourra pas supporter longtemps ce sous-effectif sans finir en burn-out  (la psychologue des personnels  pourrait bien finir par exercer  à plein temps sur le CP Maubeuge).

Malgré les contrôles et visites successives : aucun changement ! Si ce n’est un enlisement de plus en plus profond et une envie de fuir par tous les moyens possibles, de la part de l’ensemble des personnels.

L’UFAP UNSa Justice exige une rapide réaction de l’administration sur ces problématiques  pour garantir la sécurité physique et psychologique des personnels qui doivent exercer leurs missions dans des conditions de travail normales.

Related posts