Deux agressions en 10 jours

Hier vers 17h30, un détenu s’est introduit dans la zone du Bureau Gestion Détention (BGD) sans autorisation et a agressé une collègue dans les toilettes du personnel.
Qui sait quelle pensée avait ce détenu quand il a posé ses mains sur sa bouche pour l’empêcher de crier ?
Qui sait ce qu’il aurait fait si elle avait perdu connaissance quand il l’a violemment plaquée au sol ?
Cette situation est d’autant plus inacceptable que le bureau local UFAP UNSa Justice avait déjà alerté et demandé à la direction de sécuriser l’ouverture de la porte d’accès du BDG à l’issue de la prise d’otage de 2015 !
Trois ans après… TOUJOURS RIEN !
Dix jours plus tôt, un détenu du QA se croyant tout permis, a asséné délibérément un coup de poing au visage d’un collègue alors qu’il ouvrait la porte de la cellule du détenu.
Est-ce-que quelques euros de plus rendraient plus tolérable les agressions ?
Alors que le mouvement social légitime visait à obtenir plus de moyens sécuritaires et le retour de l’autorité du personnel afin de garantir la sécurité des établissements, des agents et des détenus ; la voie hiérarchique s’inquiète davantage des sanctions à appliquer aux agents que d’améliorer la sécurité et les conditions de travail de son personnel.
Le bureau local UFAP UNSa Justice apporte tout son soutien à nos collègues agressés.
Le bureau local UFAP UNSa Justice demande une sanction disciplinaire exemplaire à l’encontre du détenu à l’origine de cette dernière agression.
Le bureau local UFAP UNSa Justice exige le transfert du détenu à l’issue de sa sanction disciplinaire.
Le bureau local UFAP UNSa Justice réitère sa demande que cette porte soit sécurisée sans délai.

Vivonne, le 17 février 2018
Le bureau local

Related posts