mardi 09 juillet , 2019

DEUX POUR LE PRIX D’UN

Une nouvelle fois, les personnels du Centre Pénitentiaire d’AITON font les frais d’une ingérence totale. En effet, Vendredi 31 Mai 2019, un Premier Surveillant et un Surveillant QID ont subi la violence d’une personne détenue défavorablement connue de nos services.

Le détenu E.O. refusant un changement de cellule a saisi notre Premier Surveillant à la gorge et l’a repoussé au fond de sa cellule. Le Surveillant QID, sur place au moment des faits, a tenté de prêter main forte au

gradé et s’est vu recevoir un violent coup de poing en plein visage.

Par chance, nos collègues ont réussis à l’extraire de force de sa cellule et à le maîtriser dans la coursive en attendant les renforts pour sa mise en prévention au Quartier Disciplinaire.

Ce détenu, prévenu dans une affaire criminelle, n’en est pas à son coup d’essai.

Depuis son arrivée à l’établissement, il a séjourné 31 jours au QD avec une gestion à 2+1 équipés

de tenues pare-coups mise en place le 17 Avril 2019 suite à des menaces et un fort potentiel hétéro-agressif…

ARRËTONS LES FRAIS

Il paraît évident que cette personne détenue, ingérable au Quartier Disciplinaire et en Détention classique doit être transférée à l’issue de sa peine de quartier.

L’UFAP UNSa Justice exige la plus grande fermeté à l’encontre de ce voyou.

L’UFAP UNSa Justice exige de la direction l’accélération du MA-127 ré-ouvert à l’encontre de ce détenu, permettant de le transférer par Mesure d’Ordre et de Sécurité.

L’UFAP UNSa Justice adresse tout son soutien à nos collègues blessés et les félicite pour leur professionnalisme.

Pour l’UFAP UNSa Justice Le Secrétaire Local Quentin CALLAMAND

Related posts