lundi 14 octobre , 2019

Docteur j’ai un suivi ! Ah bon par qui ?

Arles, le 10/09/2019 

Quoi de plus normal que de recevoir en audience psy les détenus sensibles sur leurs propres unités d’hébergement ? 

Jusqu’ici de nombreuses consultations psy s’effectuaient en bâtiment dans l’aile activité ou dans les quartiers spécifiques QI – QD / QSI – QA. 

À la demande du même service psy, une salle d’activité leur a été affectée afin de bénéficier d’un local fixe et aménagé en bâtiment. 

Stupeur, une fois de plus et à en devenir vraiment fou, notre chère coordinatrice du pôle USMP fait marcher ses troupes et l’administration sur la tête ! 

Voilà que celle-ci ayant obtenu ce qu’elle voulait, interdit aujourd’hui aux psychologues, psychiatres et infirmiers Psy de se rendre dans les bâtiments en exigeant à nouveau que tous les détenus soient vus a l’USMP ! 

Il faut savoir que les consultations psychologiques et psychiatriques durent à minima 45 minutes et qu’il n’y a pas assez de locaux à l’USMP pour que plusieurs psychologues et psychiatres travaillent en même temps ! Nous ne parlons même pas de la paralysie totale de l’USMP occasionnée par la visite d’un patient de quartier spécifique. Que devra faire le reste du corps médical présent sans possibilité de recevoir de patient ? C’est pour ces raisons que la mise à disposition de locaux en détention avait été demandée ! 

Avec ce changement de fonctionnement, faudra-t’il placer en chômage technique les infirmiers, dentiste, médecins, radiologue, ophtalmologue et autres spécialistes ? Et de fait, priver de soins le reste de la population pénale pour une décision vide de sens ??? 

Cette mesure prise a pour conséquence l’interruption du suivi de certains détenus particulièrement vulnérables et/ou potentiellement dangereux ! Dernièrement plusieurs détenus ont vu leurs consultations reportées ou annulées ! Ce qui n’est pas sans risques pour les détenus mais surtout pour les personnels travaillant à leur contact quotidiennement. 

Madame la directrice vous n’êtes pas sans connaître la dangerosité et les lourdes pathologies psychiatriques de certains de nos clients. Il est intolérable que l’on continu plus longtemps à marcher sur la tête. 

L’UFAP UNSa justice exige que vous rétablissiez et imposiez sans délai, au partenaire médical, une gestion qui tourne rond au nom de la « sécurité de tous ». L’UFAP UNSa justice prendra les mesures si ENCORE un patient psy s’en prend à un collègue pour négligence de soin ! 

L’UFAP-UNSa Justice, une Présence Quotidienne … 

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justice 

Related posts