E.J.V. LA FORMATION PRIME SUR LA SÉCURITÉ

Bedenac le 28/02/2018
A moins que ce ne soient les primes qui priment…..
Lors de la session précédente, un agent s’étant vu refuser des congés pour insuffisance de personnels, nous avions interpellé la directrice sur l’incidence qu’allait avoir la deuxième formation EJV sur le service en période de vacances scolaires. Celle-ci nous avait alors répondu qu’elle en était consciente mais qu’elle ne pouvait s’opposer à l’envoi d’agents. Bizarre quand on sait qu’à Agen, le capitaine, chef d’établissement a pu rappeler les agents de la première session par manque d’effectifs….
Suite au récent mouvement de grève, la ministre de la justice a pourtant signé le relevé de conclusion dans lequel figure la suppression pure et simple des services en mode « dégradés ».
Et bien à Bedenac, on pratique le mode dégradé + + !!!
En effet, tout au long de cette semaine, les agents se retrouvent à 6 voire 5 au lieu de 7 le matin ainsi que l’après-midi, soit 1 seul surveillant pour gérer 6 hectares de détention….
Pour quelle raison? 4 agents en formation EJV
En plus, il faut assurer extractions médicales, U.H.S.I. et, cerise sur le gâteau, urgence médicale…..
Madame la directrice, vous nous avez dit avoir essuyé un refus afin d’obtenir un renfort le temps de la formation.
Eh bien, vous aussi vous pouviez dire NON ! N’en déplaise au D.I.
VOUS êtes responsable de la sécurité de l’établissement et des personnels que vous dirigez et accepter un tel fonctionnement c’est accepter de mettre tout le monde en danger…..

Quand on ne peut pas, on ne fait pas
Pour le bureau local Ufap/unsa
Le secrétaire P. FER

Related posts