lundi 14 octobre , 2019

EN 49 JOURS… !!!

Eysses le 09 11 2018

Troisième agression violente sur personnel en 49 jours sur notre établissement à part ça le CD Eysses est un établissement où il fait bon y travailler.

On y accueille une multitude diverse de profil sans pour autant canaliser les ardeurs de ceux qui le
mériteraient ou qui l’exigeraient par pure mesure de sécurité (pas grave on gère à distance).

Selon notre DI notre établissement, est, suivant ses conditions de détention « une aubaine à la rédemption », à contenir et à améliorer les comportements instables.

Nous, nous en pensons tout le contraire, « il faut arrêter de nous prendre pour des cons », les trafics liés aux projections qui se multiplient mettent en évidence le malaise grandissant de notre détention.

Il est plutôt conseillé « le pas de vague » on aseptise certains faits, on instaure un laxisme disciplinaire qui conforte la voyoucratie dans ses actes. Il est devenu quasi impossible d’avoir la main et l’autorité sur cette frange de voyous, on laisse faire par peur du soulèvement, on abandonne une partie de la République par crainte de l’embrasement, on nous enlève nos attributs, pire on nous envoie au charbon sans sourciller.

En attendant les coups que prennent nos collègues dans la gueule ce ne sont pas des synthèses de politique mais bel et bien des actes conformes à celle de la voyoucratie d’aujourd’hui.

Alors soit vous prenez une bonne décision et on réorganise notre détention ensemble ou alors vous attendez quelques jours de plus que l’un des nôtres tombe au sol pour de bon et analyserez-vous une fois de plus le pourquoi du comment… ? Mais bon sang ouvrez donc les yeux et prenez en compte les remontées de vos personnels. À croire qu’il vaut mieux des gueules cassées et des âmes brisées dans nos rangs qu’une bonne discipline exigée envers la population pénale.

En attendant toutes nos pensées et notre soutien vont à nos trois collègues qui aujourd’hui ont eu à faire face à un sauvage décérébré rebut de l’échec sociétal et de notre pitoyable système carcéral.

Nous exigeons une peine de quartier disciplinaire maximale pour cet énergumène, une sanction judiciaire sévère et un transfert à l’issue de son quartier.

Myriam, Michel, Jean-Pierre le jeudi 8 novembre 2018 vous avez fait votre travail avec sérieux et ce malgré l’obsolescence des moyens de communication qui ont fait une fois de plus défaut à la sécurité, à votre sécurité.

Pour le bureau local UFAP-UNSa Justice
Thierry Not

Related posts