EPM LAVAUR: Une bagarre entre détenus tourne en rébellion générale…Et si on reparlait du profilage ?

                                                                                                                                       Muret, le 09 Septembre 2017

Un drame, voilà à côté de quoi sont passés les personnels de Lavaur ce vendredi.

En fin de matinée, à l’occasion du retour d’activité (culte musulman) d’un groupe d’une quinzaine de détenu, une bagarre a éclaté entre deux puis trois détenus.
L’alarme a aussitôt été déclenchée et les renforts se sont immédiatement rendus sur place pour mettre un terme à ce qui ressemblait à un règlement de compte entre détenus.
Le groupe de mineurs a alors vu dans l’intervention des personnels l’occasion rêvée de « casser du bleu »!
S’en est suivi un véritable pugilat entre agents (surveillants, premiers surveillants et officiers) et détenus, et il aura fallu tout le professionnalisme et le sang-froid de nos collègues pour mettre un terme à ce début de mouvement collectif qui a par la suite gagné tout l’EPM !

Le bilan est lourd : 4 agents blessés (entorses, contusions et hématomes), même l’imam qui a voulu les arrêter a lui aussi reçu des coups !!!

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse tient à apporter tout son soutien aux collègues blessés et sera à leurs côtés pour les accompagner dans leurs démarches.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse salue, une nouvelle fois, le courage et la solidarité des collègues de Lavaur, sans ces qualités le bilan aurait pu être terrible !

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse demande pour les instigateurs des sanctions disciplinaires, administratives (Transferts par MOS) et judiciaires exemplaires.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Toulouse salue également la réactivité de la Directrice de l’établissement (débriefing, accompagnement des agents, suppression des collectifs, alerte du parquet) ainsi que la Direction Interrégionale pour son soutien (le Directeur Interrégional Adjoint s’est déplacé le soir même pour rencontrer les agents blessés et les personnels),

Après un été plus que pourri pour les agents (manque permanent en personnels et effectif maximum de détenus), il convient, une nouvelle fois, de rappeler combien l’EPM de par ses spécificités ne peut souffrir d’un organigramme déficitaire.

Au-delà de cela, depuis plus de 10 ans l’UFAP UNSa Justice n’a de cesse de marteler que tous les détenus n’ont pas leur place au sein du projet EPM.

Les innombrables mesures de séparations témoignent de la difficulté actuelle de fonctionnement à Lavaur, où il faut en permanence séparer des détenus victimes de la violence de petits caïds, isoler des mineurs fragiles psychologiquement voire dangereux pour les collectifs ou encore éviter des règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants.

Non, un EPM ne peut pas accueillir tous les profils de détenus, et oui certains mineurs ne peuvent être gérés qu’en quartiers mineurs.

Errare humanum est,
Sed perseverare diabolicum est !

Le Secrétaire Général Adjoint de l’Union Régionale de Toulouse

Stéphane Eynard

Related posts