Et ça continue…. – Ecrouves CD

Une fois n’est pas « coutume », un détenu du Centre de Détention d’Écrouves a revendiqué son mécontentement à grands coups de poings sur le personnel… 

Affecté au quartier d’isolement, l’individu, n’ayant pas « apprécié le ton » sur lequel lui a parlé un collègue, a décidé de lui faire savoir sauvagement. Il lui a asséné des coups de poing au visage ! 

L’agent a courageusement réussi à fermer la porte de la cellule de son agresseur, avant que celui-ci ne continue son déchaînement de violence. 

Une fois de plus, le détenu concerné n’en est pas à son coup d’essai ! 

Après avoir tenté de s’évader en se dissimulant sous un camion il y a quelques mois, la direction locale n’a pas jugé nécessaire de faire transférer cet individu… On voit le résultat ! 

Faut-il un mort avant que la direction ne réagisse ? 

L’UFAP rappelle que l’intégrité des agents doit être préservée. Et ce n’est pas en restant les bras croisés que ce principe expressément prévu par la Loi sera respecté, engageant du coup la responsabilité pénale de celles et ceux qui l’ignore… 

Mépriser les Personnels par l’inaction et leur infliger des 1/30èmes ne fera qu’aggraver une situation déjà plus que préoccupante. 

L’UFAP invite les agents à passer à l’action. Hors de question de nous laisser marcher dessus comme c’est le cas actuellement. Nous ne sommes pas des sous-citoyens et nous allons le démontrer bientôt !

L’UFAP/UNSa Justice exige des sanctions disciplinaires et judiciaires à la hauteur de cette sauvage agression. 

L’UFAP/UNSa Justice exige le transfert du détenu dans les meilleurs délais. 

L’UFAP/UNSa Justice souhaite un prompt rétablissement à notre collègue et salue son professionnalisme.

Le 29 Septembre 2015

Pour le bureau local

NOTHEBER Benjamin

Related posts