Examen de major ou l’art de nous faire passer des chèvres…

Mercredi 30 mai 2018, l’arrêté promulguant les résultats définitifs de l’examen pour l’accès au grade de major était enfin publié après plus de 6 mois d’imbroglio et de désinformation!

Quelle surprise ! Aucun de nos trois premiers surveillants étant inscrits sur l’arrêté initial du 14 novembre 2017 n’est promu !!!

Pire que cela, par un tour de passe-passe, un nom non inscrit sur le premier arrêté comportant 50 noms sort du chapeau… Evidemment nous ne remettons pas en cause le mérite de cette première surveillante, mais la réponse de la DAP nous laisse assez perplexe ; «on l’avait oublié sur la première liste alors qu’elle aurait dû l’avoir.»

Quel sérieux !!! Nous sommes en droit de douter  du professionnalisme de nos responsables, non ! Voir peut être même d’une certaine intégrité…

Bref, l’UFAP Grand Est a toujours été opposée au principe de passer l’entretien oral avec un jury de concours composé par des membres de sa propre direction interrégionale, laissant la porte ouverte aux petits arrangements entre amis…

Mais cette fois-ci ce n’est même pas le cas, car à priori, nos jurés ont été trop sévères ! Par exemple, si l’on compare avec la DI de Marseille, 13 agents promus sur 35 soit 37% tout de même !

 Le nombre de postes offerts chaque année est plus que dérisoire. Mais en plus, cet examen est inéquitable selon la région au sein de laquelle les 1ers surveillants passent leurs oraux !  

 

L’union régionale UFAP dénonce cet état de fait totalement injuste et surtout écœurant…

 

 

Pour l’union  régionale,

Les secrétaires généraux

Related posts