mercredi 10 juillet , 2019

FANTASMES ET TRISTE REALITE

Tarascon, le 14 juin 2019.

Le 13 juin 2019 avait lieu un CTS, ou notre Direction, nous annonçait diverses informations et mesures applicables dès la fin de mois de juin.

  • Le renforcement des mesures de contrôle aux ateliers, mais toujours sans mise en place d’un gradé ou d’un officier sur ce secteur, pourtant prévu dans notre organigramme. Au passage, l’UFAP-UNSa Justice tient à réaffirmer, malgré les explications de notre direction, que c’est bien le personnel de surveillance qui assure la sécurité des personnels des sociétés privés et que le personnel privé n’a la charge que de la surveillance de la qualité des objets produits par les détenus. Bien du courage à ses deux agents !
  • Renforcement de la sécurité la nuit avec le contrôle du badgeage des rondes et relèves, donc renforcement du pistage des agents !
  • Reprise des réunions de synthèses par équipes. Mesdames, messieurs préparez vos questions !
  • Port obligatoire des gilets pare lames au QI/QD pour tous mouvements de détenus. Au passage devant l’incompétence de notre administration, la commande de ses gilets prévu début 2018 doit être revue, car 90% des prises de tailles sont mauvaises. En attendant les gilets individuels deviennent collectifs et ceux qui les ont reçus, devront les prêter à ceux qui les attendent. Notre administration, c’est aussi aperçu qu’il fallait des gilets pour les femmes, et oui il y a aussi des FEMMES dans la pénitentiaire !
  • La téléphonie en cellule devrait couter 0 € pour l’administration, mais les dégradations plus chères au contribuable ! Rassurez-vous, pour les détenus les communications couterons moins cher et il est même prévu avec ce système, dans un avenir proche, que nos pensionnaires aient la vidéo-communication !
  • Nous avons appris qu’il y avait moins d’agressions sur notre établissement et moins de jeunes détenus (moins de 26 ans), qu’est-ce qu’ils se conservent bien en prison ils ne font pas leurs âges ! seul le nombre de détenus ayant un reliquat de peine supérieure à 5 ans est en hausse, il paraît que c’est pour la stabilité de l’établissement ? Notre administration doit confondre les longues peines qu’on ne sait pas gérer et des détenus d’un âge plus mûr !
  • Nous avons pris connaissance, dans le cadre du dispositif local de soutien aux personnels, d’une charte. Ceci dans le seul but de régulariser la mise en place des RPS, un signe en faveur des personnels !
  • La mise en route des missions d’extractions judiciaires par les ELSP est programmée au 05 novembre 2019, même s’il n’y a pas de gradé chargé d’encadrer cette équipe (n’y aurait-il pas un enjeu financier comme une prime d’objectif ?)
  • L’ouverture des 4 Salons et des 4 UVF est prévue d’ici décembre 2019, même s’il y a encore des problèmes d’humidité et d’infiltration d’eau de pluie. Même si nous n’avons pas un abondement de l’organigramme de 2 agents supplémentaires pour cette nouvelle mission. Notre Direction ouvrira avec un super service à 4 agents, les 3 qui ont été rajouté sur notre établissement et le dernier sera pris sur notre effectif. Normal, déjà que nous manquions d’agents, il nous en manquera encore plus; NON COUVERT à un long avenir devant lui, au détriment de la sécurité. Là aussi la prime avant tout !
  • Les agents sont bien sûr TARASCON, nous confirme notre direction à la vue des résultats de la dernière CAP de mutation des surveillants et surveillants brigadiers, 11 arrivées 0 départ ! Certains agents de TARASCON auraient même des « FANTASMES » quant à leur demande de mutation vers des pôles PSE ! Apparemment nos directrices aussi, puisque à la CAP des Directeurs, aucune ne partent !
  • Aucun budget n’est prévu pour des travaux de sécurisation de notre établissement, comme la réfection des miradors qui semblait urgente, la modification de réseau armé incendie au RDC du bâtiment B, l’installation de filets anti projections, le renforcement de deux cellule au QD, etc… Notre administration semble avoir des soucis de financement dans ces domaines, mais heureusement les primes de nos dirigeants seront épargnées. Peut-être doit on faire un appel aux dons sur internet pour réaliser les travaux nécessaire ?

L’UFAP-UNSa Justice réaffirme sa demande d’ouverture des UVF avec une brigade de 5 agents grâce à un abondement de 2 agents supplémentaires.

L’UFAP-UNSa Justice a demandé l’étude d’un service de noël pour les postés à l’identique de ce qui s’applique à la maison centrale d’ARLES afin de dégager plus de repos pendant cette période de 21 jours de volantes.

L’UFAP-UNSa Justice exige le comblement des postes vacants et la fin des modes dégradés.

L’UFAP-UNSa Justice, une présence au quotidien…

Le bureau local UFAP-UNSa Justice

Related posts