lundi 14 octobre , 2019

Fin des CAP les Administratifs, Fin du dialogue social, Fin de la liberté, Fin de la solidarité.

« C’est l’histoire d’une grenouille qui nage paisiblement dans une marmite remplie d’eau.

Un feu est allumé sous la marmite de façon à faire monter progressivement la température. La grenouille nage.  L’eau est maintenant tiède. La grenouille s’agite moins mais ne s’affole pas pour autant. La température de l’eau continue de grimper, la grenouille commence à trouver cela désagréable, elle s’affaiblie mais supporte la chaleur. La température continue de monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir ! »

Cette comptine est malheureusement d’une triste réalité pour les agent.es du ministère de la Justice. Elle montre qu’un changement qui s’effectue d’une manière suffisamment lente échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps que peu de réaction, peu d’opposition et de révolte.

L’UFAP UNSa Justice depuis plusieurs mois ne cesse de lutter contre le projet de Loi de transformation de la fonction publique, comme nous nous étions inscrits en opposition à la mise en place du RIFSEEP. Aujourd’hui les administratifs pénitentiaires subissent de plein fouet les conséquences de ces deux textes passés sans encombre au Parlement…

Maintenant voilà la disparition des CAP :

Dès janvier 2020 : fini l’étude de la mobilité, Dès janvier 2021 : fini l’étude des promotions!

Une étape de plus dans la mise à mort du statut de fonctionnaire d’Etat sur la base duquel nous nous sommes engagés. Chacun d’entre nous est concerné par ces deux sujets car ils impactent notre vie familiale et notre salaire…Deux sujets capitaux qui disparaissent totalement du dialogue social.

Et lorsque le dialogue est muselé, il ne présage rien de bon pour l’avenir.

Les premiers échanges avec l’administration laissent entrevoir une multiplication des postes profilés pour TOUTES les catégories A, B et C qui nous rapproche d’un recrutement directement de gré à gré. Les chefs d’établissements et directeurs n’auront plus qu’à faire leur marché ! Par contre, pour la prise en compte du rapprochement de conjoint, des CIMM….Repassez, car a priori ces éléments ne seront plus la priorité numéro une !

L’UFAP UNSa Justice continue à penser que ce texte qui instaure le chacun pour soi et se prive d’un dialogue avec des élus de CAP qui sont au quotidien sur le terrain est d’une bêtise sans nom. L’UFAP UNSa Justice ne tolérera jamais que l’on néglige la parole des fonctionnaires et le dialogue social !

Pantin, le 07 octobre 2019 Pour l’UFAP UNSa Justice,

Fabrice Bégon, secrétaire national

Related posts