mercredi 21 octobre , 2020

FO se vautre dans l’insulte : PATA-TRACT !

Le 15 mai 2019, FO nous a gratifiés d’un tract qui entrera dans les annales du délire animalier. Jean de La Fontaine n’aurait pas fait mieux, mais en corrigeant les fautes

L’auteur, inspiré sans doute par des effluves bien de chez lui, s’est fourvoyé dans des comparaisons douteuses, assimilant les membres de l’UFAP à une « meute de hyènes », pour finir, dans une morale qui mériterait de remporter le prix au festival littéraire du zoo de Vincennes, par les comparer à de vilaines « blanches colombes » dont la bave n’aurait pas atteint le gentil « crapaud» FO

Le tout macérant dans un bain de mots qui semblent avoir été tirés au hasard dans le Petit Robert des termes inconnus. 

Rappelons pour commencer à ce fabuliste confus que ce n’est certainement pas la « blanche colombe » qui a craché sur son propre panneau d’affichage ! 

Serait-donc un crapaud

Ce tract n’est qu’un ramassis de persiflages qui ne sont pas dignes d’un discours syndical ! 

Les « crapauds » n’ont quitté l’indolence de leur marécage que pour coasser la haine en nous coassant les oreilles ! 

Aucune proposition en faveur de l’intérêt général, aucune motivation solidaire ! 

JUSTE le bonheur de se réjouir du MALHEUR d’un autre ! Quel beau syndicalisme ! 

JUSTE un jus de vengeance qui coule aux commissures des lèvres envieuses ! 

Pas sympas, les « crapauds » ! Et pas joli, joli, pour un syndicat qui associe en son nom la force, et le monde ouvrier ! On coasse, on casse et on concasse ! La mare est bien gardée ! 

Et non content d’enfoncer la tête d’un camarade sous l’eau croupie de la mare aux canards, le Victor Hugo des batraciens s’érige en grand juge qui sait tout sur tout le monde : untel a menti, untel dit la vérité ! 

Qu’en sait-il ? Et de quel droit se substitue t-il aux autorités compétentes ? 

Fantasme ne fait pas loi, sauf à se prendre pour le fameux Roi UBU que l’auteur feint de bien connaître. 

Encore plus fort ; après le déguisement de juge, l’auteur se pare d’une casquette racaille et se jette dans l’insulte : la secrétaire de l’UFAP est successivement traitée de « grand marabout » (encore un animal !) suivi de ses « sous-fifres » (c’est gentil pour les collègues !), puis de « mégère ». Qui dit mieux ? 

En publiant ce tract improductif qui se réjouit des malheurs d’un agent, qui juge à la place des autres et qui insulte gratuitement une collègue qui œuvre au bien général par sa fonction à l’UFAP ; FO a franchi le cap de l’inadmissible syndical, passant d’un noble combat à un triste déversement de rancœurs et du combat pour tous au combat personnel. 

La « blanche colombe » n’a pas de bave, mais possède une jolie plume qui pourrait bien servir à déposer plainte, tant ces insultes sont outrageantes pour son agent, pour la fonction pénitentiaire et pour le syndicalisme dans son ensemble. 

Jamais syndicat ne publia un texte si bas. Souhaitons que la philosophie la plus rudimentaire nous aide à croire que le « crapaud coasse, et que la caravane passe ». 

On verra bien… 

L’UFAP-UNSa Justice, une Présence Quotidienne …

Ajaccio, le 23 Mai 2019. 

Le Bureau LocalUFAP-UNSa Justice.

Related posts