Gestion des Quartiers Semi-Liberté

UNION REGIONALE

U.F.A.P

de la D.I.S.P de DIJON

 

 

GESTION DES QUARTIERS SEMI- LIBERTÉ (QSL)

 

 

Depuis un certain temps nous constatons fréquemment que les Quartiers semi-liberté servent à désencombrer les détentions des Maisons d’Arrêt.

 

Certaines structures, dont la Maison d’Arrêt de Vesoul, pour ne pas la citer ! Innovant, en instaurant, au sein de leur quartier semi-liberté, un quartier sortant ! Initiative que nous devons ici, à La Responsable de l’Établissement, accompagnée de la Major de la Maison d’Arrêt précitée,

 

Cette même Major, ayant pourtant validé ce nouveau concept, le dénonce par le biais de son syndicat  quelques  jours suivant la mise en place. Que se passe-t-il ?? Pourquoi ce revirement ?

 

Peut-on, d’un côté, exiger des Personnels de respecter le code de déontologie, et d’un autre côté leur donner l’ordre  de transgresser ce code en faisant placer 3 voire 4 détenus dans une même cellule de 9 mètres carrés, et avec des couchages à même le sol ?!

 

Il n’est absolument  pas acceptable de mélanger les détenus semi-libres  avec d’autres qui ne sont pas inscrits dans ce régime.

Il n’est pas normal, non plus, que des détenus dorment à même le sol, qui plus est quand des places sont vides dans les QSL.

Ces anomalies créent des tensions entres détenus et les Personnels sont obligés de gérer cela en plus du reste !

 

De plus, des annonces viennent d’être faites par notre Ministre de Tutelle, afin de désencombrer la surpopulation carcérale en favorisant les peines alternatives et les aménagements de peines.

Il serait déjà opportun d’occuper toutes nos places de cellules disponibles mais surtout dans le respect des Règles !

 

Dans ce cas, comment peut-on parler, de réinsertion, d‘aménagements de peines quand des quartiers sont vides, et que bon nombre de détenus rentreraient dans les critères de la semi-liberté.

 

L’obtention, pour ces détenus-ci,  d’un aménagement de peine libérerait des places en détention classique.

 

Afin que ce processus fonctionne, il est indispensable que les  Juges d’Application des  Peines jouent pleinement leur rôle dans l’ attribution des Aménagements des peines .

 

 

DIJON, le 18 septembre 2018

 

Les Secrétaires Généraux UR UFAP Dijon,

 

Thierry CORDELETTE

Angui ANASSE

Bastien DELAGNEAU

Laurent BOITRAND

 

Related posts