jeudi 11 juillet , 2019

Je vous ai compris – Tract RENNES VEZIN

Rennes le 5 juin 2019
Dans un tract en date du 24 avril 2019 intitulé « Urgence absolue », l’UFAP Unsa Justice dénonçait l’annexion des cellules des deux M.A. par un nombre de matelas au sol inacceptable en soi et totalement inhumain.


Nous sommes fiers de l’avoir dénoncé par écrit. Je vous ai compris…
Néanmoins n’est pas le Général qui veut ! Et si nous poussons plus loin notre recours à l’Histoire, nous tremblons à l’idée que notre Général ne se transforme en un piètre Daladier !


Nous vous le disions l’UFAP Unsa Justice a été écoutée, mais a t-elle été entendue sur le fond même du problème : « la surpopulation ? »
NON !


Comme à son habitude, l’Administration écoute, et après une longue période de rumination, elle nous afflige à nouveau, tant sa gestation accouche d’une solution sordide, une fois de plus.


Rappelez-vous, les MA1 et MA2 croulent sous un taux d’occupation inquiétant, inadapté, dangereux. Les matelas jonchent les sols de la majorité des cellules, on entasse les hommes comme des bestiaux, et l’on s’étonne d’un taux d’agression en hausse vertigineuse.


Traites les hommes avec humanité et tu auras des réactions humaines…
A l’origine déjà lointain pour certain, le CPH Rennes/Vezin était programmé pour un taux d’occupation maximal de 688 détenus.


Et arrivèrent ces 126 détenus qui, n’ayant rien demandé, se retrouvèrent à même le sol, dans un pays qui prônent les droits de l’homme, mais qui piétine les droits du simple citoyen. On vous a bassiné avec l’Europe ces derniers temps, eh bien l’Europe dit, exige l’enfermement individuel dans les prisons… Sommes-nous donc au-dessus des lois ?


Toujours est-il que, de 688 détenus prévus pour l’ouverture, nous en sommes à 814 à ce jour.
Pas mal non ?
Dommage de ne pas toucher une prime à l’occupant, nous serions tous riches (lol) !
RENNES – VEZIN RENNES – VEZIN j
RENNES – VEZIN


Notre Direction, en accord avec la D.I. de Rennes, a décidé de supprimer les matelas au sol et de remettre des lits supplémentaires dans chaque cellule simple des MA1 et MA2.


Le Général peut donc s’exclamer : « Je vous ai compris ».


A l’UFAP Unsa Justice, nous ne sommes pas dupes d’une telle décision.
DALADIER et ses amis ne préparent-ils pas déjà, sans nous le dire de vive voix, une nouvelle augmentation du taux d’occupation du CPH Rennes/Vezin, afin de satisfaire tous ces anti- fonctionnaires, dont le manque de rentabilité est dénoncé par les plus hauts personnages de l’État mais qui oublient au passage de se regarder dans un miroir?
Etre anti-fonctionnaire est tellement à la mode…


Imaginons demain que les MA de la Roche, de Laval, etc, surchauffent cet été, et devinez donc vers qui ces braves décideurs pourront déverser ce trop plein de détenus (les meilleurs pour sûr) ?


Chez nous bien sûr ! Il suffira juste de jeter quelques matelas par terre au CPH Rennes/Vezin, et le tour sera joué !


Faisons les comptes: 688 (origine) + 126 (actuellement sur les matelas) + à nouveau 126
(retour sur des matelas) =940 détenus
Et nous ne sommes pas rentables qu’ils disent ?
Pourtant « nos petits amis du privé » vont se faire des C…… en OR avec çà ! Faisons les comptes, nos amis ont signé un contrat avec l’A.P. sur les bases de 688 détenus. Dans ce contrat il est stipulé que: « l’A.P. versera au partenaire du privé des pénalités sitôt passé un taux d’occupation de 120 % »
Donc 688 détenus X 1,20 = 825 détenus. Le tiroir caisse sonne déjà très fort et c’est loin d’être fini !


Nous ne sommes pas rentables qu’ils disent, mais notre travail, notre sueur, nos nuits, nos week-ends, etc, rapportent beaucoup d’argent à cette minorité qui ne subit pas les insultes, les agressions, les coups bas, le burn out, et voici peu les attaques de l’OIP relayées abondement par la presse.
L’UFAP Unsa justice constate avec beaucoup d’amertume, que lorsqu’il s’agit de la sécurité la plus élémentaire pour l’ensemble des Personnels, l’Administration ne dispose pas, ne trouve pas, n’a pas de crédit. Bref elle s’en balance les C…….. La sécurité des Personnels, ça va pas non ! Ce n’est pas notre priorité clame t-elle en coulisse…


Alors le remplacement des caillebotis, les brouilleurs, les filins anti-projections entre les deux Maisons d’Arrêt, ELLE S’EN FOUT !


Sans compter qu’aucun apport de Personnels Administratifs, de Surveillance, de gradés n’est prévu pour faire face à ce surcroît de pensionnaires, qui, déjà vindicatifs, finira bien un jour par passer à l’émeute.


Ô le bel avenir que Daladier et ses amis nous préparent !


Pour le bureau local UFAP

Related posts