Jean-Jacques URVOAS, Ministre de la Justice,Garde des Sceaux reçoit l’UFAP-UNSa Justice,1ère Organisation Syndicale…

Une délégation de l’UFAP-UNSa Justice, 1ère Organisation Syndicale, a été reçue le 24 février 2016 à 19h00, place Vendôme, par le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Jean Jacques URVOAS, accompagné de son Directeur de cabinet M. Thomas ANDRIEUX et de sa Conseillère aux questions pénitentiaires Mme Karine LAGIER.

Après les présentations d’usage, le Secrétaire Général, Jean-François FORGET est rentré dans le vif du sujet rappelant au nouveau Ministre, que nous ne disposions que de 14 mois pour faire avancer les dossiers importants avant les élections présidentielles de 2017.

Dans cette optique, l’UFAP-UNSa Justice a rappelé la situation catastrophique des établissements et des structures pénitentiaires, due en partie à la surpopulation pénale qui atteint des sommets records (77291 personnes placées sous écrou à ce jour), engendrant de nombreuses prises d’otages (18 en 2015) des agressions (4500 en 2015) de plus en plus violentes, un sous-effectif chronique de tous corps et grades confondus et des conditions de vie et de travail désastreuses.

Nous avons aussi sensibilisé le Garde des Sceaux sur la très nette augmentation des agressions que subissent les Personnels à l’extérieur des prisons, remémorant la double tentative d’assassinat de Meaux-Chauconin.

L’UFAP-UNSa Justice a réitéré sa revendication visant à obtenir un parc pénitentiaire adapté en nombre de places, en spécialisant nos structures en fonction du profil des détenus, de leur quantum de peine, de leur dangerosité et de leur personnalité.

Par ailleurs, nous avons aussi évoqué la signature du relevé de conclusions avec son prédécesseur suite au mouvement d’ampleur nationale de l’entente syndicale l’année dernière. A ce sujet, l’UFAP-UNSa Justice a demandé au Ministre de donner les instructions nécessaires afin que les mesures indemnitaires et notamment l’augmentation de la PSS et de l’ICP se concrétisent rapidement sur les fiches de payes.

L’UFAP-UNSa Justice a aussi remis à M. URVOAS ses différentes réflexions concernant le renseignement pénitentiaire et un service public pénitentiaire sur moderne et rénové. Sur ce dernier sujet et plus particulièrement s’agissant des unités dédiées pour détenus radicaux, la situation actuelle concernant cette gestion ne nous satisfait pas du tout et nous revendiquons la création de structures ou d’établissements totalement étanches avec une sécurité optimale et des moyens humains renforcés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Faut-il rappeler qu’aujourd’hui 228 personnes sont actuellement incarcérées pour des faits de terrorisme au nom de l’islam et que plus de 700 autres détenus sont identifiés comme étant en voie de radicalisation !…

Suite aux évènements dramatiques qu’a connu notre pays, l’UFAP-UNSa Justice considère que l’Administration Pénitentiaire ne traite pas ce sujet, ô combien important, dans sa globalité et n’en a pas pris la pleine mesure.

Pour ce qui est du renseignement pénitentiaire, nous avons échangé et expliqué au Garde des Sceaux notre vision et lui avons détaillé notre doctrine du renseignement pénitentiaire. Nous avons dénoncé l’utilisation détournée et ubuesque des crédits relatifs au plan de lutte anti-terrorisme !

L’UFAP-UNSa Justice a aussi indiqué au Ministre de la Justice, qu’elle était totalement opposée à la régionalisation des recrutements ainsi qu’à la déconcentration des CAP de mobilité, qui engendreraient des conséquences néfastes pour les Agents désireux actuellement d’être mutés chez eux.

Par ailleurs, concernant les discussions que nous avons entamées avec la DAP, relatives au devenir des missions des Personnels de surveillance et de la sécurisation des missions extérieures, l’UFAP-UNSa Justice a fait valoir à notre Ministre de tutelle, qu’il est urgent de sécuriser les Personnels sur toutes les missions extérieures en les dotant des moyens légistiques, règlementaires, matériels et humains nécessaires ; mais qu’il est inconcevable de scinder la filière de surveillance en deux Corps, ce qui de fait, cantonnerait les Personnels sur certaines missions. Cela serait à la fois dangereux pour le fonctionnement des établissements et néfaste à leur évolution professionnelle.

L’UFAP-UNSa Justice a réitéré son exigence à ce que tous les Agents soient formés à l’usage des différentes armes et à l’occupation de l’ensemble des postes !

Nous en avons profité pour aborder la question de la formation dans son ensemble, avec un focus particulier sur la question du recrutement et de la perte de 25% des effectifs après trois ans de service.

Le temps imparti touchant à sa fin, le Secrétaire Général de l’UFAP-UNSa Justice n’a pas manqué d’évoquer la situation catastrophique de la Filière Insertion et Probation et la grogne qui monte dans les SPIP, ainsi que les difficultés inhérentes aux réformes des Personnels Techniques et du Corps de Commandement qui n’avancent pas !

Un point a aussi été fait concernant les demandes de protections statutaires abusivement refusées aux Agents par la DAP, ainsi qu’aux trop nombreux retards de paiement des indemnisations obtenues par les Agents en leur qualité de victime !

Cette première prise de contact nous a paru constructive. Néanmoins, l’UFAP-UNSa Justice jugera la volonté affichée à l’aune des actions menées. Dans cette perspective, nous ne manquerons pas de retourner place Vendôme autant que nécessaire !

L’UFAP-UNSa Justice, une présence quotidienne…

 Paris, le 26 février 2016.

Pour l’UFAP-UNSa Justice

Les Secrétaires Généraux.

260216 – Jean-Jacques URVOAS reçoit l’UFAP-UNSa Justice…

 

 

 

 

 

Related posts