Journée noire à la MA Strasbourg

Après l’agression de la veille, c’est malheureusement à une journée noire que l’on a assisté à la maison d’arrêt de Strasbourg ce 21 Janvier… 

Traquenard ?

Une équipe de la MA est partie aux urgences avec un détenu via une ambulance. 

Arrivée à l’hôpital, un homme a soudainement fait irruption. Il voulait voir un «copain» sans préciser le nom de ce dernier. Curieusement, il est arrivé quelques secondes après l’escorte et il fixait le détenu. Le personnel hospitalier n’a pas ouvert la porte et a prévenu les agents pénitentiaires qu’ils avaient été suivis.

 Après avoir alerté la Police et la direction, les collègues ont attendu dans un box et demandé l’examen du détenu qui aurait pu souffrir de dommages internes suite à une agression en cellule. 

Le personnel hospitalier a alors pris en charge le détenu en urgence sous la protection de 2 équipages de la Police.

 Etat d’alerte !

Malgré la fin des examens, l’escorte a reçu l’ordre de rester à l’hôpital… Motif : la MA était en état d’alerte suite à un refus de réintégrer d’un détenu suivie de l’agression d’un surveillant (la 3ème en 1 mois). Ceci alors qu’une voiture suspecte avec 3 individus à bord était signalée devant l’établissement… 

L’accès à la MA a dû être bloquée jusqu’au contrôle du véhicule par la Police… 

Personnels et visiteurs ont été confinés durant les opérations policières. Parmi les personnes bloquées : un sénateur-maire et le secrétaire général de la DISP !

L’escorte, avec le détenu, a ensuite pu réintégrer l’établissement sous escorte police. 

L’UFAP souhaite un prompt rétablissement au collègue blessé lors de l’agression et exige une sanction exemplaire pour l’agresseur. 

Et si la sécurisation de la MA était une priorité ?

L’UFAP exige une nouvelle fois, que le domaine pénitentiaire soit sécurisé et limité d’accès au niveau de la DISP (dernière demande de l’UFAP à la direction le 19/01). 

L’UFAP demande également un désencombrement urgent au vu des derniers événements (plus de 700 détenus, 425 places). Plus de 200 places sont vacantes dans les CD de la région… 

Et si… la DISP nous écoutait et se bougeait pour une fois ?!

Strasbourg, le 21 janvier 2016

Le Bureau Local

Related posts