mardi 09 juillet , 2019

LA COUR DES MIRACLES – Le Havre CP

« Le bouffonfou du roi, ou fou est un personnage comique, dont la profession était de faire rire les gens ». Le ridicule ne tue pas mais la folie finira par le faire…Au cœur de ce spectacle, l’encadrement du CP Le Havre.

L’UFAP UNSA Justice vous informe du ras le bol des agents du CD2 à cause de la gestion ubuesque du régime contrôlé. Pourquoi cet étage ne se vide pas ? Pourquoi les détenus ne veulent pas monter en régime autonome ?

Monsieur l’officier, vous avez totalement abandonné vos personnels, laissant un voyou prendre en main en toute impunité  la gestion du bâtiment. Il est facile de prétendre que les agents ont perdu totalement l’autorité sur ce détenu alors que vous même, vous l’appelez par son prénom et n’êtes pas capable de lui demander une clé de confort depuis 3 mois…Clé de confort en régime contrôlé rien ne vous choque ? C’est vous qui mettez à mal l’autorité!

Madame la Directrice, vos sanctions clownesques entraînent la montée en puissance des agressions sur le CP car aucune sanction prononcée ces derniers temps n’est dissuasive.  Comment pouvez-vous affirmer soutenir vos agents avec une peine de 5 jours de QD pour des fautes du 1er dégré (agression sur personnel et détention d’objet dangereux).

L’UFAP UNSA Justice a depuis plusieurs mois, pointé du doigt votre gestion  et s’inquiète sur les propositions que vous ferez sur les groupes de travail avec vos « contrat de confiance » et les leviers disciplinaires instaurés sur les CD.

La dernière agression en date, un coup de poing. Quelle sera la prochaine ?

Un coup de couteau en céramique? 

Et oui pas plus tard qu’hier un détenu de la maison d’arrêt, connu pour son comportement agressif et vindicatif a asséné un violent coup de poing à notre collègue. SCANDALEUX ! On savait que cela arriverait avec cet énergumène. Pourtant aucune mesure n’a été prise pour protéger les agents.

Monsieur le directeur, toutes les découvertes inquiétantes (couteaux, fer à bétons, téléphones, drapeau du djihad, hamster…), toutes les violences (agent bousculé, insultes, coup de poing…) de ces derniers temps sont belles et biens révélatrices d’un manque d’autorité, d’un manque de levier disciplinaire et d’un manque de volonté à faire régner une politique juste et garantissant la sécurité de vos personnels. Les fouilles ciblées doivent êtres étoffées et plus régulières.

Continuez  à  laisser la porte ouverte à la voyoucratie, les courants d’airs auxquels vous vous exposez nous aideront à attiser les braises…

L’UFAP UNSA Justice exige une cohérence sur les sanctions disciplinaires et une politique ferme sur TOUTES les agressions visant les personnels. 

L’UFAP UNSA Justice réaffirme son soutien inconditionnel aux agents victimes d’agression, qui au delà du traumatisme, sont abandonnés par nos dirigeants.

L’UFAP UNSA Justice appelle TOUS les personnels à se préparer à entrer dans l’action, dans les semaines à venir.

Le bureau UFAP UNSA Justice

Related posts