mardi 27 octobre , 2020

LA MAISON D’ARRÊT DU CP BAIE-MAHAULT SERAIT-ELLE UNE ZONE DE NON DROIT ?

Baie-Mahault, le 01 Février 2018

page1image60719296

Le Centre Pénitentiaire de Baie-Mahault fait à nouveau la une des journaux en ce début d’année.
En milieu d’après midi une fouille de cellule était programmée à la Maison d’Arrêt 2 Est, suite à l’agression de deux de nos collègues mardi (un a le nez fracturé et de multiples contusions, et l’autre des contusions à l’œil gauche).
Les 8 détenus qui occupaient cette cellule ont balancé de l’eau chaude sur l’Equipe de Sécurité Pénitentiaire, les empêchant d’accéder à la cellule. Cerise sur le gâteau, ces mêmes délinquants ont demandé à d’autres détenus qui se trouvaient en promenade de ne pas réintégrer leurs cellules.

L’intervention des forces de Gendarmerie et de l’ESP était nécessaire pour rétablir l’ordre et la sécurité au sein du quartier. Ils ont dû employer l’armement nécessaire afin de faire sortir ces malfrats de la cellule et réintégrer les 12 détenus qui ont voulu défier l’Administration sur la cour de promenade.

Malheureusement, nous déplorons un agent blessé et lui souhaitons un prompt rétablissement.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice Guadeloupe félicite l’ensemble des Personnels, le corps médical et les forces de Gendarmerie pour leur professionnalisme et leur extrême sang-froid face à cette situation.

Cet incident n’est pas anodin sur plusieurs points et démontre bien la grande difficulté de fonctionnement dans laquelle est plongée le CP de Baie-Mahault depuis de longs mois maintenant.

Avec un taux d’encombrement qui dépasse l’entendement, des détenus violents qui sont décriés depuis de longues années par l’UFAP-UNSa Justice et un sous-effectif en personnel qui ne cesse de croître, tous les ingrédients sont réunis pour que ce type d’incident arrive.

Cette énième incident doit néanmoins mener à réflexion.

Lors de nos précédents tracts, nous avons alerté l’Administration : « qu’une étude classait la Guadeloupe au rang du 1er département français le plus violent et le plus criminogène. Cette voyoucratie hors du commun gangrène nos prisons guadeloupéennes en tentant de créer des zones de non droit. « 

Aujourd’hui nous avons la preuve qu’aucune de nos revendications n’a été prise en compte par notre Administration!!!

Nos personnels dépourvus de moyens sont toujours jetés en pâture sans formation dans cette jungle carcérale nauséabonde.

ATTENDEZ-VOUS VRAIMENT QU’UN AGENT DÉCÈDE POUR PRENDRE EN COMPTE NOS DOLÉANCES ???

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice Guadeloupe exige:
– L’augmentation de l’effectif de l’ESP ;
– La transformation de l’ESP en ELSP et sa dotation en armement ;
– La création des ERIS Antilles-Guyane :
– L’agrandissement du CP de Baie-Mahault ;
– Des formations pour le personnel sur la gestion des conflits ;
– Des sanctions Administratives et Judiciaires à l’encontre des meneurs ; – Augmentation de la capacité d’accueil du QD et du QI ;
– La construction d’un 3ème établissement sur la Guadeloupe ;
– Les douches dans toutes les cellules.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice Guadeloupe exige des procédures disciplinaires et le transfert immédiat des principaux détenus identifiés comme meneurs, afin que la population pénale toute entière prenne conscience que ce ne sont pas les détenus qui imposent leurs conditions de détention.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice Guadeloupe demande que la Guadeloupe fasse partie des établissements ciblés pour la création de quartiers spécifiques permettant la prise en charge adaptée des détenus violents.

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice une présence quotidienne

Pour le Bureau Régional UFAP UNSa Justice

Jean-Jacques RACAMY

page1image60719296

Related posts