mardi 09 juillet , 2019

La Révolte Gronde

Depuis 2009, notre Ministère de tutelle entame une sape systématique de l’Institution, et ruine les moyens et les conditions de travail des Personnels de tous corps de l’Administration Pénitentiaire.

Les accords signés en mai 2009, malgré des mouvements sociaux nationaux, seront balayés et non respectés par le Ministre suivant, qui se torchera avec…

Le principe de la boule à deux mois, pourtant déclaré comme applicable au même titre que les autres modes de calculs dans cet accord signé par R. DATI, sera pourtant supprimé dans tous les nouveaux services mis en œuvre… Exemple qui n’est que le début d’une longue série de décisions aberrantes !

Réductions budgétaires d’année en année, passage au secteur de prestations publiques qui n’engraissent que les prestataires, budgets de fonctionnement des Etablissements qui deviennent ridicules, réduction des effectifs qui font par exemple que les Personnels Administratifs croulent sous la tâche et que les Personnels de Surveillance crèvent sur les coursives…

Et malgré les mouvements sociaux, l’Administration continue…

Effectifs en baisse, jusqu’à mettre en péril le fonctionnement même des Etablissements…

Et les Agents, bons soldats, qui continuent de donner de leur santé pour tenir ces Etablissements avec des rythmes de travail démentiels ! Rappels à gogo, avec des agents comme à Tours qui occupent jusqu’à 4 postes différents pour que leur boutique tienne, et qui ont comme remerciement de se faire virer de leur équipe dès qu’ils dénoncent ces conditions de travail…

Des Pénitentiaires qui s’usent, se démotivent, se font casser la gueule, poignarder, étrangler, ou défoncer en emmenant des tordus à l’hôpital sans que cela n’émeuve plus personne…

Et les bons soldats sont toujours là…

Dépassant le seuil des 108 heures supplémentaires allègrement, acceptant qu’on ne leur paye pas tout de suite, parfois au boulot malade parce qu’un abruti a inventé un panel de sanctions dès que vous avez le malheur de craquer sous l’effort à fournir…

Des prises d’otages où il faut que les organisations syndicales se prostituent pour obtenir des gratifications à nos collègues…

Mais ce n’est pas encore assez…

Planification 2014 d’un seuil d’heures supplémentaires à ne pas dépasser, au risque de ne pas être payées, alors que les effectifs vont plonger encore au moins deux ans !!!

Mise en place générale de mode dégradé, où en plus de crever au boulot, les agents devront avoir la responsabilité de plusieurs postes !!!

Et l’Administration compte toujours sur ses bons soldats, malgré les démissions à la chaîne, les dépressions, sans compter nos camarades que nous avons enterrés pour avoir mis fin à leur jour… Mais pour lesquels il ne faut surtout pas dire que leur détresse était liée à ce statut d’esclave moderne…

Quelles seront les prochaines étapes ?

Nous déduire le coût de nos uniformes sur nos salaires ? Inventer le service de 48 heures non-stop ? Jusqu’où va-t-on aller en se foutant de notre gueule ?

Cette fois c’en est trop !!!

Malgré les mouvements nationaux de cette année, la Chancellerie et la D.A.P. semblent sourdes…

Et bien l’Union Régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon appelle l’ensemble des Pénitentiaires à leur déboucher les oreilles !

L’Union Régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon incite l’ensemble des Etablissements dans lesquels l’Administration proposera un mode dégradé à faire en sorte que leurs Personnels se rendent chez leur médecin et fassent constater l’état d’usure physique qui est le leur… Et à se faire arrêter pour cesser de mettre leur vie en danger…

Par ailleurs, l’Union Régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon demande à l’ensemble des bureaux locaux de faire un état des lieux des effectifs manquants, et à le faire remonter par écrit à la Direction Interrégionale.

Sans réponse d’apport d’agents de la part de l’Administration dans le mois qui suivra, l’Union Régionale UFAP-Unsa Justice de Dijon appelle l’ensemble des Personnels à appliquer la même méthode que dans le cas précédent.

La souffrance des Personnels doit être entendue, et la Chancellerie doit comprendre que l’esclavage n’est plus légal en France depuis longtemps !!!

Cette démonstration arrivera sans doute à retirer la cire qu’il y a dans les oreilles de ceux qui ne nous écoutent plus depuis longtemps !

Related posts