mercredi 30 septembre , 2020

« LA TÊTE DANS LES CASQUES LES PIEDS DANS LA … »

Voilà le triste spectacle qui est donné à nos collègues opérant au QID.

Non, le quartier d’isolement n’est pas une station d’épuration mais l’odeur y est bien présente ! Voilà notre pensionnaire espagnol S… qui nous fait profiter du pire de lui-même, il ne cesse de monter en puissance dans l’intolérable, dans l’ignoble.

Un cap, que nous surveillant, nous ne pouvons cautionner sans réagir.

Ce nuisible tartine allègrement sa cellule de ses excréments créant une odeur et une incapacité pour le personnel d’effectuer ses missions et d’exercer son métier dans des conditions acceptables !

Où est le respect de l’uniforme une fois celui-ci souillé de merde ?!

Le temps du transfert est arrivé, les surveillants sont excédés, ils n’en peuvent plus, ils sont à cran, à bout, quelle va être la prochaine étape ?

Place au transfert sans délai !! Nous savons, madame la directrice, que votre demande de transfert est faite, place à la direction régionale de jouer sa partition !

Nous ne pourrons comprendre et accepter que confortablement assis dans vos fauteuils en cuir, à respirer le doux parfum de l’été, vous laissiez vos agents être humiliés ainsi !

Mr le directeur interrégional faite place à l’action, débarrassez-nous de cette vermine ou venez enfiler une combinaison blanche. A vous de choisir !

STOP à la chanson habituelle du « vous savez ça sera un échange contre un autre perturbateur. »

Si c’est le cas, qu’il en soit ainsi. Mais les agents de Arles en ont ras-le-bol de subir les humiliations de ce voyou.

L’UFAP UNSa justice prendra ses responsabilités avant les chaleurs de l’été !

Quoi de mieux pour cacher l’odeur d’excrément que celui du pneu brûlé !

A Arles, le 25/05/2019.

Le Bureau Local UFAP-UNSa Justice.

Related posts