L’ART DU BONIMENT…

 

C.P. BEAUVAIS

Beauvais, le 19 mars 2018

 

Parfois utilisé comme un « jeu », traditionnellement pour faire parler de soi, surtout lorsque l’on a rien à dire, mais plus généralement pratiqué afin de perpétuer le mensonge, la diffamation…,  le boniment est l’art de séduire un public, de capter son attention, afin de mieux manigancer son sinistre dessein. Plus particulièrement, ses adeptes, les bonimenteurs, sont bels et bien ces personnes retorses, tenant des propos trompeurs, bref prêtes à tout pour vous faire prendre des vessies pour des lanternes.

 

Un mensonge répété 10 fois reste un mensonge, mais ressassé  10 000 fois, en devient pour certains une vérité. Non seulement les allégations sont outrancièrement mensongères, mais toutes ces contre-vérités, colportées avec un aplomb à vous glacer d’effroi, en deviennent nauséabondes, à vomir. Hélas, les bonimenteurs ne fixent aucune limite à leur hypocrisie. Quelques tristes exemples:

 

– Relater aux agents les éventuelles conséquences lors des dépôts de clefs (par tract national FO appelant à celui-ci), et après dire que les sanctions sont de la faute de l’UFAP UNSa Justice. Pour information, c’est grâce à l UFAP UNSa Justice  que les agents sont passés d’AB2 à AB1 (on imagine les conséquences), et seule l’UFAP UNSa Justice  est intervenue pour faire sauter les sanctions disciplinaires.                                                                                                     –  Affirmer que l’encadrement ferme les yeux sur les problèmes en détention, qu’il n’est jamais à son poste,  et qu’il est à la solde de la direction, alors même qu’un tract F.O encense les mérites de ce corps de personnel. Si le but est de diviser l’ensemble du personnel, on ne peut mieux s’y prendre.

– Relayer certains propos qu’aurait tenu la secrétaire locale UFAP UNSa Justice, alors même qu’elle se trouvait en congés…                                                                                                                                                               – S’enorgueillir de la sortie d’un tract, afin de cracher son venin sans même vérifier la véracité des  informations, et de fait, jeter le discrédit sur l’ensemble des collègues…

–  Affubler certains  personnels,  de tous corps d’ailleurs,   de petits sobriquets,  noms  d’oiseaux ou  autres caricatures,  cela  en devient diffamant.                                                                                                                                                              –  Se  glorifier,  tels des « sauveurs »,  de  toutes  sortes  d’ interventions,  recours,  ou  autres  affectations  d’agents…,  alors  qu’il  n’en  est strictement rien.

–  Prétendre que TOUS les agents quittent le navire alors que pour la plupart il ne s’agit que de rejoindre un établissement proche de leur famille.                                                                                                                    Bref les exemples ne manquent pas, et nous en avons toute une musette qui déborde.

 

Reconnaissons cependant que nos bluffeurs ne manquent pas d’humour. Après les tours et les détours employés avec habilité par nos bonimenteurs, le suspense tire à sa fin et la vérité se fait jour. Une mauvaise pièce, une mascarade grossière, une tromperie perpétuelle pour les agents, bref du mépris envers ces mêmes collègues.

 

L’UFAP UNSa Justice  dénoncera toute attaque contre la vie privée des agents, toute dénaturation de l’information, et continuera de défendre le personnel de tous corps.

 

Frédéric PIOTROWIAK,    Joao GIL,    Déborah DELEPIERRE,    Céline HAVET,    Audrey DECOOPMAN

Related posts