mardi 10 septembre , 2019

Le monde à l’envers ou l’envers du monde

UNION REGIONALE U.F.A.P de la D.I.S.P de DIJON

Dijon, le 28 janvier 2019  

Le Monde à l’envers ou l’envers du Monde

            Nous ne pouvons qu’imaginer ô combien il doit être difficile d’être déficient, comme nous ne pouvons qu’imaginer ô combien il doit être vexant de se le faire rappeler en tant que syndicaliste par Celles et Ceux qui nous dirigent ou nous gouvernent.

         Pourtant, dans son courrier du 25 janvier 2019 adressé à l’ensemble des Personnels Pénitentiaires, c’est bel et bien ce qu’a fait la Ministre, certainement innocemment, à quelques responsables nationaux d’Organisations Syndicales dites représentatives.

         Ainsi, l’année 2018 fût celle de l’année du bashing de l’UFAP, avec pour support le déversoir à fiel que sont devenus les réseaux sociaux.

         A présent que cette période nauséabonde est passée, et oubliée par certains, nous voici dans la vraie vie, dans les vraies discussions, mais toujours, semble t-il, dans la pensée courte qui ne cesse d’habiter celles et ceux qui ont la lourde responsabilité de protéger les Personnels du terrain.

         En effet, alors qu’ils ont bâti leur combat syndical sur l’unique revendication de la catégorie B pour les Personnels du Corps d’Encadrement et d’Application, sans même, au préalable, décortiquer les pièges dans lesquels nous pourrions tomber, voici que ces faiseurs d’image viennent de décrédibiliser le syndicalisme pénitentiaire aux yeux de Celles et Ceux qui nous gouvernent.

         Cette catégorie B qui n’apporterait que des miettes, en terme d’indice, pour les Personnels concernés, pourrait bien au contraire les faire passer à la caisse sur l’aspect indemnitaire.

         En effet, les surveillants sous contrat de 3 ans, payés à peine au SMIC, que revendiquent « ces bouffons du roi », sans pour autant indiquer dans quels postes de travail ces derniers oeuvreraient, viendraient inéluctablement obérer les heures supplémentaires, dont les frictionnelles, que perçoivent les Personnels pénitentiaires aujourd’hui.

         S’ajoute à cette mascarade, le tiers des candidats qui se présentent aujourd’hui au concours de surveillant pénitentiaire et qui ne sont pas titulaires du baccalauréat, qui se verraient demain de facto, écartés de ce recrutement dans le cas d’une intégration dans la catégorie B.

         N’est-il pas scandaleux pour une organisation syndicale de revendiquer une mesure qui empêcherait bon nombre de nos concitoyens d’accéder à la fonction publique, en leur offrant une sécurité de l’emploi, que ces syndicalistes veulent contractualiser… Le monde à l’envers.

         Enfin, quant à cette revendication imaginée par ces derniers entre deux portes d’ascenseur, et qui viserait à nous placer sous l’autorité directe des Procureurs de la République, là aussi, lorsque l’on oeuvre sur le terrain et que l’on sait tout l’amour que ces Magistrats portent aux Personnels Pénitentiaires en tenue, nous ne pouvons qu’imaginer «l’embellie » que cette mesure revêterait pour les Personnels concernés.

         Pour l’Union Régionale UFAP de DIJON, ce courrier rédigé par la Ministre reflète bien l’amateurisme dont font preuve certains syndicalistes et démontrent bien, là encore, l’anomalie que représentent les résultats des dernières élections professionnelles………… Ne dit-on pas : «les premiers seront les derniers ».

                                               Pour l’Union Régionale UFAP de Dijon

                                                        Les Secrétaires Généraux

                   Thierry CORDELETTE – Laurent BOITRAND – Bastien DELAGNEAU -Angui ANASSE

Related posts