samedi 13 juillet , 2019

Le Père Noël est-il une « O….. » ?

L’UFAP-UNSa Justice PACA-Corse remercie tous les militants, adhérents et sympathisants qui font un travail formidable au quotidien, et qui, par leurs votes, nous ont renouvelé leur confiance.

Nous sommes très loin du tsunami annoncé par certains qui devait couler l’UFAP-UNSa Justice.

Sur la région, 63 voix nous séparent du syndicat patronal, un écart minime qui permet à l’UFAP-UNSa Justice d’être à égalité de sièges pour la représentativité régionale au CTI.

Composition CTI : 2 sièges FO, 2 sièges UFAP-UNSa Justice, 1 siège CGT, 1 siège SPS

Composition CAPI : 3 sièges FO, 2 sièges UFAP-UNSa Justice, 1 siège CGT, 1 siège SPS

Malgré le déferlement de haine, les moqueries, les insultes qu’ont dû subir les représentants locaux, régionaux et nationaux de l’UFAP-UNSa Justice, nous avons su faire face avec Dignité et Honneur.

Dommage que certains personnels se soient laissés embrigader dans une certaine violence lors de cette campagne électorale.

C’est affligeant et le syndicalisme n’en sortira pas grandi… En France, nous sommes le pays d’Europe qui a le plus de syndicats et le moins de syndiqués. Cherchez l’erreur !!

Malheureusement certains personnels se sont laissés manipuler, à l’image de ceux qui embrassaient les policiers lors des attentats et qui, aujourd’hui, leur balancent des pavés dans la « gueule ». La France est ainsi faite… La reconnaissance n’existe plus.

On oublie trop vite le passé, les avancées obtenues comme par exemple la réforme de 2013 signée par notre organisation visant la refonte des grilles indiciaires et l’augmentation des promotions de Surveillant à Surveillant Brigadier. Il fallait presque 10 ans supplémentaires dans une carrière pour atteindre ce grade !!

 Depuis plus d’une décennie, L’UFAP-UNSa Justice a obtenu des avancée dans toutes les catégories de Personnel, ne l’oublions pas.

Et voici 10 ans que nos détracteurs crachent sur des réformes de plusieurs millions d’Euros et refusent systématiquement toutes les avancées. On vous rassure, Ils les acceptent en sous marin, qu’elles soient statutaires ou indemnitaires et prennent les indices, les échelons et les grades qui vont avec !

Les réseaux sociaux ont gangrené la campagne électorale, bien aidés par une frange de syndicalistes qui ont bien compris que l’on peut manipuler les personnels avec de la violence, de la désinformation et du mensonge. Nous sommes bien dans un syndicalisme moderne, un syndicalisme 2.0, et beaucoup se laissent berner.

Mais comme le stipule l’expression « bien mal acquis ne profite jamais ».

L’UFAP-UNSa Justice n’a jamais menti aux personnels, elle est restée transparente et honnête et digne dans tout ce qu’elle a revendiqué, proposé,  négocié et signé.

Depuis 10 ans, des syndicats n’ont cessé de jeter l’opprobre sur l’UFAP-UNSa Justice.   10 ans qu’ils gesticulent, critiquent, vocifèrent et dévalorisent notre organisation… 10 ans qu’ils ne signent jamais rien, 10 ans qu’ils n’obtiennent rien. Quelles ont été leurs avancées pour les personnels ?? Nous attendons toujours…

Mais heureusement que dans ce monde syndical pénitentiaire, un Père Noël en herbe a fait son apparition avec dans sa hotte des cadeaux (virtuels) par milliers. Bizarrement, ce petit bonhomme rouge à barbe blanche a vendu du rêve dans une surenchère démesurée avec comme seul but, les élections de fin d’année. Désolé de vous l’annoncer, mais le père Noël n’existe pas, ne soyez pas traumatisés de découvrir, à terme, un pseudo-syndicaliste sous ce déguisement.

Nous attendons avec impatience la réalisation de toutes ses promesses qu’il détient dans sa hotte.Un nouveau mouvement dès le mois de Janvier, une ICP à 2000 , la catégorie B, des salaires démesurés, une ISS à 30 %, les nuits à 50 €… et plus encore !

C’est la nature humaine d’être gourmand, ce n’est jamais assez, on vous donne 100 €, vous en voulez 200; mais à force de trop tirer sur la corde… Comme au casino, on veut toujours remettre une pièce dans la machine.

 Voilà maintenant que le syndicat patronal de ce père Noël s’approprie déjà, grâce à un « écho » des gilets jaunes, les avancées de la défiscalisation des heures supplémentaires annoncée par le Président de la République.

De même pour l’augmentation de 400 € de l’ICP ou la prime de fidélisation obtenues par les personnels et signés par l’UFAP-UNSa Justice et qu’il tente de récupérer ou de détourner par des pirouettes manipulatrices.

Sans parler des nombreux tracts mensongers avant les élections.

C’est de la fumisterie ! Arrêtez de prendre les personnels pour des CONS !!

Que ce serait-il réellement passé lors du mouvement de janvier sans les élections de fin d’année ? Certaines OS n’auraient sans doute pas tourné leur veste et d’autres n’auraient pas poussé les personnels dans des dépôts des clés ou des arrêts maladie avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui.

Même si l’UFAP-UNSa Justice avait pris la décision de signer, pourquoi nos détracteurs n’ont-ils pas maintenu le mouvement si le gouvernement était censé plier en 48H !? C’était un coup de poker, mais ce sont les personnels qui ont payé…

Et pourtant, ce qui est pris n’est plus à prendre, le combat continu !!

Après cette année électorale éprouvante,  l’UFAP-UNSa Justice vous souhaite à toutes et tous de joyeuses fêtes de fin d’année et remercie celles et ceux qui lui font confiance.

 

 

Marseille, le 19 décembre 2018.

Les Secrétaires Généraux

UFAP-UNSa Justice PACA-CORSE

 

Related posts